**Billet mis à jour en avril 2019

Suite au succès de mon premier billet sur le métier de blogueuse, voici quelques astuces à connaître pour créer un blogue au Québec. 

Tu peux aussi consulter mes autres billets sur le même sujet :

Mon blogue

L’importance d’avoir ta propre plateforme

Dans mon premier billet, je parlais des actions à entreprendre pour commencer sa carrière de blogueuse, mais je n’ai pas (ou peu) traité du pratique. Pourtant, on s’entend que ce n’est pas négligeable!

Première chose : il est très important d’avoir ta propre plateforme, ton propre site web, car tu es propriétaire de cet espace. Sur Facebook, Instagram, YouTube et autres, tu n’es que locataire.

Gérer ta propre plateforme est peut-être plus compliqué que simplement utiliser les médias sociaux (après tout, ils sont nombreux à vivre de YouTube ou Instagram, non?), mais c’est la seule façon de ne pas être à la merci de tous les changements d’algorithme et même la fermeture d’un réseau social.

Ton .com et ton infolettre sont les deux seules choses qui t’appartiennent à 100%. Tu dois donc te concentrer sur eux.

Pour d’autres trucs pratiques du genre, découvre mon ebook pour nouvelles blogueuses!

 

Infos techniques

Mon site est bâti sur WordPress.org (et non WordPress.com). Pour plusieurs raisons que de vrais pros pourraient sûrement mieux expliquer que moi, c’est LA meilleure option, même s’il y a un learning curve

Ce blogue est bâti sur le thème Camille de Creanncy. Oui, il existe des thèmes gratuits, mais ils n’auront pas le même effet ni le même support. 

Screencap de mon premier blogue

Mon blogue à ses débuts, avec un thème gratuit

Capture d'écran blogue Béatrice

Mon blogue aujourd’hui… ça n’a pas le même effet!

Le thème, c’est le look de notre blogue. C’est une grande partie de notre image de marque. Es-tu coupable de parfois quitter un site web soit parce que le texte est trop pâle, parce qu’il est envahi par la pub ou que les images sont trop petites? Moi, oui. Il est donc important de créer un site qui répondra à tes attentes visuelles.

Il est possible d’utiliser un thème gratuit, ou faire un site web 100% custom, qui coûte souvent dans les 10 000$ (et même plus). Un bon thème de base devrait de coûter entre 60 et 100$ (souvent $US). 

Ton thème (installé sur WordPress.org) doit ensuite être hébergé quelque part. Peu importe ce que tu fais, ne choisis pas Bluehost/Hostgator et autres, qui sont en fait la propriété d’une seule et même compagnie. Celle-ci offre un piètre service qui m’a causé bien des maux de tête avant que je décide de changer d’hébergeur. Maintenant, je fais affaire avec Maxime Lauzier

Tu dois aussi enregistrer ton nom de domaine, l’adresse que les gens vont taper afin d’arriver sur ton site. J’achète tous mes noms de domaine sur NameCheap. Ça coûte quelques dizaines de dollars par année, tout au plus.

Ma boutique en ligne est propulsée par Shopify. L’infolettre est envoyée avec Mailchimp.

Psst! Une fois ton nom de blogue idéal choisi, vérifie si le .com est en vente et ensuite, si le nom d’utilisateur est libre sur les réseaux sociaux que tu souhaites utiliser. Vaut mieux avoir le même nom aux plus d’endroits possibles. Tu trouveras d’autres trucs pratiques grâce à ma feuille d’exercices gratuite pour nouvelles blogueuses.

Maintenant, tu peux bloguer. 

À qui t’adresser?

OK, tu commences à écrire : parfait! 

Il reste quand même quelques décisions à prendre.

La beauté du web est que même si tu habites au fin fond de l’Abitibi, tu as accès au monde. Concrètement, cela signifie que ton blogue pourrait s’adresser à n’importe qui. Français, anglais, japonais, à toi de décider dans quelle langue tu te lances. Si je peux te donner un truc, cependant, c’est de te concentrer sur la langue que tu maitrises le mieux et d’éviter les blogues bilingues, qui sont si difficiles à gérer!

N’oublie pas qu’il y a plusieurs différences linguistiques non négligeables entre le français québécois et le français de France. Si tu espères avoir un reach international, essaie de ne pas trop utiliser de mots que tes lecteurs potentiels ne comprendraient pas, ou de donner des références régionales trop précises.

Continuer à créer quand personne ne lit

Les débuts peuvent être difficiles sur l’égo. On crée du contenu super pertinent et dont on est fière, on le partage sur les médias sociaux et… on obtient 30 vues.

Ouf.

Certains de mes réseaux sociaux ont été « pognés » à environ 200 abonnés longtemps. Ça peut être décourageant, mais quand tu as un blogue avec du contenu de qualité, ça finit par débloquer. Je le jure.

Il n’y a pas 1001 façons d’augmenter son trafic. Il faut simplement de persévérer et partager du contenu de qualité.

Personne qui tape à l'ordinateur

Il y a certainement déjà des blogues que tu aimes. Pourquoi les lis-tu? Que changerais-tu si tu étais responsable de la plateforme? Crée ton blogue idéal, il est certain que d’autres pensent comme toi.

Il y a assez de place pour tout le monde dans la blogosphère et les gens qui te ressemblent vont te trouver… Mais ils auront besoin d’un peu d’aide!

  • Dès le lancement de ton blogue, crée ta présence sur les réseaux sociaux. Utilise des hashtags pour qu’on te retrouve facilement.
  • Demande à tes lectrices de partager ton contenu. Sois claire, n’espère pas que tout se fera par magie.
  • Utilise le SEO à ton avantage pour que Google trouve ton blogue.
  • Fais partie de la conversation sur les médias sociaux. Mais attention : la ligne est mince entre jaser et faire de la publicité désagréable. Ne plogue pas ton site web au premier contact avec tes blogueurs préférés, bâtis la relation, dis-leur que tu as un blogue, partage avec eux (en privé, ou lorsque le moment s’y prête) un billet dont tu es particulièrement fière… 

L’importance du calendrier de contenu

Toutes les blogueuses fonctionnent de différentes façons, mais perso, j’aime mieux me limiter à deux billets par semaine. Pourquoi? Tout simplement, car j’ai l’impression que je peux ainsi prendre mon temps pour écrire un billet dont je suis fière et le promouvoir adéquatement.

Je note mes idées dans un calendrier de contenu sur Google Drive. J’ai créé un code couleur afin de savoir s’il s’agit d’une idée, d’un contenu écrit, ou d’une entente avec un client. De cette façon, je peux visualiser mon année en tout temps. 

Mon calendrier éditorial

Hey! Je prends une petite minute de ton temps pour te dire que c’est le temps de t’inscrire à L’année qui compte, mon programme pour organiser ta vie financière et trouver le budget pour tes plus grandes passions. L’inscription est seulement ouverte un mois par année et le programme commence le 15 janvier 2020. Découvre le ici!

    Je ne pourrais pas vivre sans un agenda papier, où je note toutes les activités médiatiques où j’ai confirmé ma présence, mais aussi mes engagements personnels ou des dates que je veux retenir pour XYZ raison. Pour cela, je ne peux pas me fier à un agenda électronique ou à mon calendrier de contenu. Il me faut mon #oldschool agenda.

    J’ai aussi en tout temps un calepin, où je note ma to do de la journée et mes objectifs. C’est peut-être un peu too much pour certaines, mais c’est un système qui marche pour moi.

    L’important, c’est de te comprendre, et surtout, de ne pas manquer un deadline!

    Tu as besoin d’aide pour t’organiser? Sur la boutique, j’offre un kit d’outils pour blogueuses, qui inclut des trucs pour développer son calendrier éditorial. Découvre aussi mon billet sur cette nouveauté!

     

    Tu as aimé ce billet? Épingle-le sur Pinterest!

    Image pour Pinterest : blogue québecois

    As-tu un blogue? Dis-le-moi dans les commentaires!


    Ce billet contient des liens affiliés, ce qui signifie que je pourrais faire une commission si tu fais l’achat d’un produit que je recommande. Faire un achat via ceux-ci permet d’encourager le blogue et ne change en aucun cas le prix pour toi. Pour plus d’informations, consulte la politique de vie privée.


    Abonne-toi à l'infolettre!

     

    Pour plus de trucs pour vivre mieux pour moins