Je déteste le couponing.

Voilà, c’est dit. En fait, je ne le cache pas vraiment, mais, avec le sujet de mon blogue, je reçois souvent des demandes pour partager des événements de couponing, pour suggérer le couponing comme façon d’économiser, etc. Et ma réponse est toujours et sera toujours : non, nope, no way.

J’avais envie d’expliquer plus en détail pourquoi je ne trouve pas que c’est la meilleure façon d’économiser, en tout cas, pas sur la nourriture.

couponing

Rapport temps investi/argent épargné

La principale raison pour laquelle je n’aime pas le couponing est que je ne crois pas que le rapport temps investi/argent épargné est intéressant.

Pour épargner 15, 20$ par semaine, plusieurs personnes passent plusieurs heures à feuilleter les circulaires, trouver les meilleures offres, comparer les prix, chercher des coupons (dans les circulaires, journaux, magazines, encarts, ou en ligne), les assembler par catégories, vérifier les dates d’expiration, puis faire une liste d’achats selon ce qui est plus avantageux. Ouf!

Et c’est sans compter que bien des coupons doivent être imprimés – et l’encre d’imprimante, c’est cher! Très cher! Ou d’autres requièrent qu’on envoie une preuve d’achat par la poste… Ou l’essence nécessaire pour se rendre dans 3, 4 différentes épiceries chaque semaine… Plus de dépenses. Pour… économiser?

Pour moi, le calcul est facile : si je gagnerais plus d’argent en travaillant une ou deux heures de plus (même au salaire minimum) qu’en passant cette même heure ou deux à faire du couponing, le couponing n’est pas l’option gagnante.

Entendons-nous : si je tombe sur un coupon offrant un rabais ou même une gratuité sur un produit que j’utilise, je ne fais pas « ark, le couponing! », je l’utilise! Si je fais un achat en ligne et que le shipping est dispendieux, il m’arrive de checker vite (2 minutes de recherche max!) s’il y a un code pour avoir le shipping gratuit.  Mais je ne cherche pas activement les coupons pour tout et tout le temps, car je crois que mon temps est mieux investi ailleurs.

Surconsommation

L’image que l’on donne du couponing dans les médias me donne mal au coeur. Des gens qui surconsomment à l’extrême sous prétexte qu’ils économisent, c’est ark, tout simplement.

Ici, au Québec, il y a des couponeuses moins extrêmes – je me rappelle encore d’avoir lu une entrevue avec Lili de OnMagasine, où elle mentionnait justement qu’elle couponait non pas pour accumuler des biens, mais pour pouvoir s’offrir des petits luxes comme un voyage. Ça, ça a du sens.

Ça ne sert à RIEN d’avoir des pâtes pour les 30 prochaines années. Il n’y a aucune raison valable, absolument AUCUNE d’avoir une telle collection. La plupart des épiceries ont un cycle des promotions assez facile à suivre, même sans efforts. Si on jette un coup d’oeil à la circulaire de l’épicerie la plus près de chez nous toutes les semaines, on va le voir assez rapidement. Sans avoir fait d’étude avancée, je dirais que le cycle se répète environ aux 3 mois.

Oui, le couponing peut mener à la surconsommation. Après tout, si c’est gratuit (ou presque gratuit), pourquoi ne pas en acheter? Mais la question qu’on devrait se poser en premier, coupon ou pas, c’est : est-ce que j’ai vraiment besoin de cet aliment? Oui, c’est bin bon des chips, des ailes de poulet préparées et congelées ou du Kraft Dinner, mais est-ce que j’en achèterais si ça me coûtait de l’argent? Dans le 3/4 des cas, si la réponse est non, vous ne devriez pas en acheter. C’est le fun de se faire plaisir des fois, mais ne remplissez pas votre garde-manger d’aliments « bin, c’était gratis… ».

Le gaspillage alimentaire, c’est un problème réel. N’y contribuez pas, de grâce!

De plus, la presque totalité des coupons offerts sur le marché sont pour les produits transformés et non pour des produits de base tels que les légumes, les fruits ou la viande. Je crois qu’il est mieux pour notre santé (et physique, et mentale) de cuisiner plus avec des ingrédients de base que de consommer plus de produits transformés, sous prétexte « qu’il y avait un coupon ».

Il faut faire le même calcul pour les aliments frais transformés (fromage râpé, carottes coupées, salade lavée, etc.) : est-ce que je serais prête à payer quelqu’un 112$/h pour couper et laver ma laitue? Non. Est-ce qu’un dollar ou deux de rabais sur le produit transformé me font réellement épargner plus que si j’achetais l’aliment frais? Pas nécessairement.

Internet regorge de recettes « à moins de 5$ par portion ». Oui, le prix des aliments a augmenté, mais il est encore possible de s’en sortir en étant créatif, et en réapprenant la base : prioriser les aliments locaux, en saison et cuisiner.

L’idée, c’est le juste milieu. Épargner, sans devoir faire des heures de recherche. Peut-être payer 1$ de plus des fois, mais avoir une qualité de vie, du temps pour les loisirs, la famille, les amis.

Activité amusante? Vraiment?

couponing

Si vous aimez faire du couponing, tant mieux : amusez-vous! Mais faites-le pour le plaisir, et non parce que c’est la meilleure méthode pour économiser.

Pour être honnête, cependant, je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui fait du couponing par plaisir. Tout le monde semble le faire par obligation. Et, je retourne à mon premier point – peut-être que votre temps serait mieux investi ailleurs.

Tant qu’à ne pas aimer le couponing, pourquoi ne pas trouver d’autres façons d’économiser? En cuisinant plus? En jardinant? En adoptant les produits de marques maison? Les aliments moins dispendieux tels que les légumineuses sèches, ou les légumes congelés? En découvrant les aliments moches? En faisant du cannage avec les légumes de saison? En congelant des fruits l’été? En achetant des aliments près de leur date de péremption à rabais? Pourquoi pas en essayant même de « faire les poubelles »?

Parce qu’entendons-nous : je ne juge pas les gens qui sont en arrêt de travail, en recherche d’emploi, ou malades, à compter les sous, parce qu’ils sont réellement si près de ne plus pouvoir mettre des aliments sur la table. Je parle des gens qui ne sont peut-être pas riches (et je m’inclus là-dedans), mais qui peuvent avoir une belle variété alimentaire avec un minimum d’efforts. Et j’insiste sur les mots minimum d’efforts. Pas 10 heures par semaine.

Ma mère m’a parlé récemment d’une application nommée Checkout 51 – je ne l’ai pas testée, mais, si je comprends bien le principe, c’est un peu comme la circulaire d’épicerie, soit des rabais hebdomadaires, mais la différence, c’est que l’app nous offre des rabais sur les produits que l’on a DÉJÀ achetés. On scanne notre facture, on se fait rembourser pour les produits offerts cette semaine-là. Sans recherche. Et puisque ça se fait après coup, pas d’aliments achetés « parce que ». Une autre alternative intéressante – mais encore une fois, pas mal juste des aliments transformés.

« Les imbattables »

couponing

Plusieurs couponeuses jurent plutôt par les imbattables, c’est-à-dire faire la recherche de toutes les circulaires pour trouver les meilleurs prix offerts, puis se rendre chez Maxi ou Wal-Mart pour faire honorer ces prix.

À la base, c’est une idée intéressante. Mais ça requiert quand même de faire beaucoup de recherche parmi les différentes offres pour trouver les meilleurs prix. Et ça demande beaucoup d’organisation!

Et ça implique aussi avoir accès à un Maxi ou un Wal-Mart. Et, perso, il n’y a aucune de ces deux bannières près de chez moi. Je n’ai jamais fait l’épicerie chez Maxi de ma vie, donc je ne peux juger de la qualité de leur épicerie, mais, par principe, je ne suis pas certaine que j’ai envie de faire l’épicerie chez Wal-Mart.

Et ce n’est pas plus avantageux, ni au niveau du temps ni au niveau de l’argent, de faire de la route pour économiser quelques dollars.

Pour moi, il est plus avantageux d’aller à l’épicerie où je peux me rendre à pied (c’est un IGA, by the way), en allant faire un tour rapide au Super C quand je passe devant (aka une fois par mois, quand je vais chez le chiro), ou au marché, surtout l’été. Oui, je réussis à dépenser moins de 30, 40$ par semaine en épicerie (pour une personne), même sans imbattables.

Vous avez aimé ce billet? Épinglez-le sur Pinterest!

couponing

Alors : allez-vous me lyncher ou êtes-vous d’accord avec ma vision du couponing?