Ça fait des années que vous me demandez « pourquoi est-ce que tu ne lances pas une chaîne YouTube? »

J’ai toujours répondu la même chose : trop de temps nécessaire, trop de montage, trop de matériel, trop de tout. YouTube, ça a l’air facile, mais ça demande énormément de travail!

J’ai toujours eu un immense respect pour les YouTubers professionnels, qui sont la personnalité à l’écran, le/la scripteur(e), le/la vidéaste, l’éclairagiste, le/la preneur(euse) de son et le/la monteur(euse), tout en même temps. 

J’ai souvent écrit au sujet du blogging, pour démontrer que ce métier est plus complexe qu’il peut sembler à première vue. Selon moi, tout ce qui est audio et vidéo l’est encore plus. Et ça a l’air que j’en sais quelque chose, car j’ai étudié le journalisme télévisuel pendant 4 ans, à l’école Promédia puis à l’université 🙃

Mais bon. J’me lance. J’ai maintenant une chaîne YouTube.

Pourquoi lancer une chaîne YouTube maintenant?

Je vais être 100% honnête : je lance une chaîne YouTube dans le but de rejoindre un nouveau public, afin de faire vivre mon entreprise. Salut la transparence.

Quand ~notre amie la Covid~ est apparue, j’ai réalisé à quel point mon blogue dépendait de mon contenu voyage. Bon, je savais que c’était le contenu le plus populaire (je regarde mes statistiques beaucoup trop souvent), mais je n’avais pas réalisé que mon contenu pouvait, du jour au lendemain, devenir complètement useless.

Même quand je ne traitais pas de voyage à proprement dit, j’écrivais sur plein d’activités et de sorties soudainement impensables. 

Le résultat? Une baisse catastrophique du nombre de pages vues sur mon blogue. L’impossibilité de prédire si mon site web pourrait continuer à être mon gagne-pain principal, comme il l’était devenu, à mon plus grand bonheur.

J’aime beaucoup l’expression « heureusement ou malheureusement », quand on ne peut contrôler les circonstances. Et heureusement ou malheureusement, j’ai signé le contrat pour écrire Ça coûte cher, être un adulte! quelques jours avant le début du confinement. Ce projet m’a permis de rester occupée et d’avoir un gagne-pain au début de cette période d’incertitude. 

Moi quand j'ai reçu Ça coûte cher, être un adulte!

Le jour où j’ai reçu le livre!

Ça coûte cher, être un adulte!

Mon livre dont je suis si fière 🤩

Cet été, une autre belle opportunité s’est offerte à moi : passer trois mois aux îles de la Madeleine, en échangeant 16 heures de travail par semaine contre un lit. C’est là que j’ai terminé mon livre et que j’ai commencé à mettre en place un plan de match pour la suite.

Et n’ayant plus de sorties prévues, plus de voyages à organiser, et ne dépensant pas une fortune sur des vêtements, sur mon épicerie et tout le reste, j’en ai profité pour ralentir.

Pendant deux mois, j’ai fait le strict minimum pour m’assurer un revenu de base et garder ce site web à jour. 

Mais là, c’est l’automne, au moment d’écrire ces lignes, il pleut, il fait gris, on est dans une nouvelle phase de ~distanciation~ et si je ne veux pas me trouver un emploi d’appoint (je l’ai déjà fait et je vais le refaire, si nécessaire), je dois ramener des gens sur mon site web. 

Et la suite?

Capture d'écran blogue Béatrice

Ma priorité reste et restera ce site web. J’en ai déjà parlé, je crois que notre .com est le seul site que l’on contrôle réellement. Sur Facebook, Instagram, YouTube et compagnie, on n’est que locataires. Les algorithmes peuvent changer et on peut tout perdre du jour au lendemain.

Mais, d’un autre côté, il n’y a plus grand monde qui va directement sur un site web. Soit on cherche une info sur Google et qu’on clique le premier site qui nous promet une réponse, soit on suit des blogues qui nous plaisent sur les réseaux sociaux et on clique quand le sujet nous interpelle.

Je crois, du moins, j’espère, que YouTube me permettra d’aller à la rencontre de nouvelles personnes qui pourraient apprécier les 500+ articles se trouvant sur ce site, ma formule d’abonnement, mon programme L’année qui compte et mes livres.

YouTube, c’est une façon de me faire connaître à un nouveau public, de montrer ma personnalité et mes compétences. 

À quoi s’attendre de ma chaîne YouTube

Ma chaîne YouTube

Je veux que ma chaîne YouTube soit différente de mon site web, de ce que j’offre aux abonnées et aux participantes de L’année qui compte. Je ne veux pas aller gruger dans quelque chose qui existe déjà. 

Pour l’instant, j’ai prévu publier une vidéo aux deux semaines, le lundi. Je vais tester ce rythme jusqu’à Noël et voir s’il est réaliste. Pour ma première vraie vidéo, je veux profiter du fait que j’ai déjà une communauté et répondre à VOS questions. Connaître les interrogations des personnes qui me suivent déjà va me permettre de mieux m’enligner pour la suite.

Alors, que veux-tu savoir? À quelle question aimerais-tu que je réponde de vive voix?

J’ai déjà prévu quelques vidéos : par exemple, la meilleure façon d’épargner et couper le câble, qui sont parmi vos sujets préférés sur le blogue, mais aussi des ~formats YouTube~, comme des Storytime, des anecdotes plus personnelles et des trucs en lien avec les fêtes et occasions, comme Noël

Mes vidéos seront sans prétention, sans gros montage (salut iMovie), sans kit de lumière. Ce sera moi qui vous jase, comme on parlerait entre amies. Ce sera un nouveau médium, si tu trouves mes billets trop longs ou que tu as envie de semi m’écouter en faisant quelque chose d’autre (j’avoue que moi, c’est souvent comme ça que j’écoute YouTube 🤷🏼‍♀️).

J’ai déjà passé une nuit complète dans la salle de montage, à Concordia, à finaliser un documentaire que j’ai réalisé (avec une équipe complète!) À ajuster la musique aux images, à analyser chaque seconde… puis à ne voir que les erreurs une fois celui-ci mis en ligne. 

Je pense que je suis encore un peu traumatisée de cette expérience. LA chose qui me chicote le plus de YouTube, comme pour les livres, c’est la finalité de la chose. Il y a une erreur au montage? Tu as une couette en l’air que tu n’avais pas vu en filmant? Le son est moins bon que prévu? Tu ne peux pas corriger les petits détails. Tu vis avec l’imperfection ou tu recommences. 

Alors ce sera une vraie thérapie de lâcher-prise 😂

Bref. Un nouveau projet encore un peu flou, mais qui a le potentiel d’être bien le fun, si ça te tente d’embarquer avec moi (et d’en parler à toutes tes amies!)

Abonne-toi à ma chaîne YouTube ici!

Tu as aimé ce billet? Épingle-le sur Pinterest!

Image pour Pinterest : Chaîne YouTube

À quelle question aimerais-tu que je réponde lors de ma première vidéo? Partage-la dans les commentaires!

Abonne-toi à l'infolettre!

 

Pour plus de trucs pour vivre mieux pour moins