Je n’avais pas prévu écrire ce billet.

Ce n’était pas pentoute dans mon planning. En fait, je devais parler de livres de recettes aujourd’hui.

Puis, j’ai eu une genre ~d’illumination~ il y a quelques jours.

J’ai acheté un billet pour une formation sur le blogging. Les conférences semblaient intéressantes, je me suis dit que ça m’aiderait dans mon cheminement professionnel et ça me donnerait une dose de motivation supplémentaire avant un été de fou.

Je suis arrivée sur place et il y avait pratiquement juste des blogueuses débutantes. J’étais confuse. Est-ce que j’avais mal compris les sujets qui allaient être abordés? Est-ce que j’étais « trop avancée » pour cette conférence?

peur du succès

La première présentation au sujet du SEO a commencé, et, effectivement, je connaissais presque tout ce qui était dit. Pourtant, toutes les autres participantes semblaient apprendre. J’étais effectivement peut-être trop avancée…

Puis, Gabrielle de Dentelle&Fleurs est venue parler de son parcours. J’étais contente qu’une blogueuse professionnelle parle du nombre d’années qu’elle a dû bucher avant de faire de l’argent avec son blogue. C’est quand même sept ans de travail entre le lancement et aujourd’hui!

C’est ce que je m’entête à dire à ceux qui me posent des questions, c’est pas si facile! Enfin, on dit les vraies affaires, on ne fait pas croire que le blogging est une industrie magique où tout le monde est millionnaire et les licornes existent.

Puis, Gabrielle a avoué ne jamais demander l’opinion d’autres personnes et simplement faire à sa tête quand il est question de son blogue.

Fuck, c’est pour ça que je me suis rendue dans une conférence, pensant que c’était de « mon niveau » quand peut-être je suis plus avancée que ça. Je doute. Tout le fucking temps.

Chaque fois que je suis sur le bord de prendre une décision, je doute. Je demande un avis. Pis je change d’idée. Pis je rechange d’idée. Et encore. Et je doute plus.

Je n’assume pas mes idées. Même si je sais qu’elles sont bonnes, qu’elles sont LES bonnes.

Pourtant, je ne me suis pas rendue à 18 000 abonnées Facebook en ayant des idées de pic pic.

Il y a des trucs vraiment excitants qui s’en viennent pour moi. Genre, vraiment, vraiment excitants. Pis j’ai peur de m’autosaboter. Je l’ai fait 1000 fois. J’ai écrit un ebook sur toutes mes gaffes inutiles!

peur du succès

Bref, mon cerveau a spinné en tabarouette tout le weekend.

Pis ma réalisation m’a fait chier autant qu’elle m’a soulagée : j’ai peur du succès. C’est (tout simplement) ça.

Disons que l’évidence m’a encore plus sauté dans la face pendant la conférence d’Eve de Tellement Swell. C’est à ça que ça ressemble, la confiance. Je savais qu’Eve ne manquait pas de confiance, mais là ça m’a encore plus sauté dans la face.

Pis après, quand Léonie & Joëlle de CHAD ont parlé de déléguer, engager, grossir… ouin, c’est ça qui me fout la trouille. Faire confiance. Faire le next step. Investir dans moi-même.

Et la dernière conférence, celle d’Audrée de ElleM, m’a confirmé que ce n’est pas un manque de temps qui fait que je procrastine et que je remets toujours tout à plus tard. C’est juste une gestion du temps poche, pis encore là, je blâme ma peur du succès : si je mettais plus de temps sur mes projets, ils pourraient… marcher. Avoir du succès. M’amener plus loin.

C’est simple, et ce ne l’est pas à la fois. J’ai décidé que je sortirais de ma zone de confort, que j’allais me lancer, me faire confiance. Il le faut.

Alors, voilà. Je partage, parce que je me doute bien que je ne suis pas la seule à vivre ce sentiment. Et à avoir besoin d’un gros coup de pied dans le cul.

Et, comme avec mes résolutions, objectifs et autres, bin, l’écrire, ça rend le tout plus concret. 

Wisdom d’une fille qui a décidé qu’à 30 ans, c’était fini le niaisage!

Bref, Catherine et Josée-Anne, merci pour le WEBB, ce n’était peut-être pas ça exactement le but du weekend, mais c’était exactement ce dont j’avais besoin. PS. J’ai trouvé le nom!

Vous avez aimé ce billet? Épinglez-le sur Pinterest!

peur du succès

Avez-vous peur de faire avancer certains projets ou peur d’avoir du succès?