Difficile à croire, mais vrai.

Il y a un an (un an!), je prenais la décision de changer à peu près toutes mes habitudes de vie. Je sortais de mon traditionnel rush estival, et je me voyais m’enfoncer. Je n’allais pas MAL, mais je n’allais pas dans la bonne direction. Je sentais que j’avais besoin de changement.

Je me suis inscrite au gym.

J’ai changé mon alimentation. Plus tard, j’allais commencer à voir une nutritionniste, aussi.

J’ai commencé à voir un psychologue.

J’ai commencé le bio-feedback, ou ce que j’appelle mon « cours de respiration ».

Et j’ai mis en place plein de petits changements dans ma vie de tous les jours.

Au départ, je pensais faire ce billet simplement pour parler du coût d’une telle entreprise. Mais, je me suis rendu compte que c’est beaucoup plus que monétaire, et j’avais envie de parler de l’aventure au complet.

Alors voici ce billet plus personnel, mais où, oui, je parle de l’investissement financier nécessaire.

pile d'argent

Pourquoi tout changer, maintenant?

Premièrement, commençons par le début… Je vis avec l’anxiété depuis toujours. Ça affecte qui je suis, ça façonne ma personnalité. Des fois, pour le mal, mais des fois, pour le bien, je crois, aussi. Mais ça devient parfois difficile à gérer. Quand c’est rendu que JE me tape sur les nerfs, je dirais que c’est le temps que je fasse quelque chose… ?

Bref, à la fin de l’été dernier, je gérais mal mon anxiété, et pour moi, ça signifie souvent passer des journées en pyj sur mon sofa à manger du popcorn. C’est correct une journée, ce l’est moins quand ça se prolonge.

Alors j’ai décidé que je m’inscrirais au gym et que je choisirais un programme assez cher pour me motiver à y aller. Je savais que je n’étais pas assez active, mais une série de blessures, des problèmes de respiration et un manque de motivation ont fait que je n’avais jamais rien fait à ce sujet.

Je n’aime pas jeter mon argent par les fenêtres, donc je savais que si je dépensais plus, il y aurait plus de chances que j’y aille, vu qu’à la base, le sport et moi, on n’est pas les meilleurs amis. (Oui, mon cerveau est bizarre. Mais j’ai testé cette théorie avant, et elle fonctionne.)

moi dans un cours d'Essentrics

Dans le temps de mes cours d’Essentrics… je pense que je n’en ai pas manqué un!

Alors j’ai choisi un programme fancy au gym. J’ai investi environ 1500$, si je me rappelle bien. Et pour la première fois de ma vie, j’ai vu des changements. Dans mon corps, mais dans ma façon de voir les choses aussi. Même si mon entraineur trouve que je ne sors pas encore assez de ma zone de confort… :)

Bref, l’abonnement au gym a été un déclencheur. J’ai fini par acheter d’autres cours (+/-25$/semaine), d’autres séances avec l’entraineur (+/-60$/h), car je voyais la différence. Mais…

Tomber pour mieux se relever

J’aimerais dire que la vie est magique et que dès que j’ai vu apparaitre le positif, tout a commencé à mieux aller. Mais ce ne fut pas le cas.

Quelques mois après avoir commencé à aller au gym et à voir un psy, j’ai commencé à ne pas filer. Tant au niveau psychologique que physique. Je t’épargne les détails, mais disons que les mois de novembre à février n’ont pas été les plus agréables. Je ne comprenais pas ce qui n’allait pas. Donc je continuais dans la « bonne » voie, mais sans ressentir les bénéfices que j’avais ressentis au début.

Il faut dire qu’en plus du gym-psy, j’ai décidé de m’inscrire au B-School de Marie Forleo (un cours en entrepreneuriat), ce qui nécessitait plusieurs heures par semaine. Je ne regrette pas d’avoir fait cette formation, j’ai ÉNORMÉMENT appris, mais c’était peut-être un peu too much (tant pour mon cerveau que pour mon porte-feuille, car ce cours – et les 2000$US que j’ai investis – a aussi signifié que je n’ai pas pu faire un voyage au printemps).

ordinateur et mains

J’ai continué comme ça quelque temps, et je me suis finalement décidée à aller voir ma docteure en avril.

L’anxiété. L’anxiété me donnait maintenant des reflux gastriques. Embarque la médication pour aider à régler ça, mais surtout tout un wake up call.

J’avais tellement essayé d’aller mieux que j’allais moins bien.

L’ironie.

Où j’en suis aujourd’hui

Je viens de terminer mon gros rush estival, encore une fois. C’est l’année où j’ai le plus respecté mes limites, mais je me suis épuisée quand même. Un jour de congé en un mois, je te confirme que ce n’est pas assez.

Moi à Heavy Montréal

Quand ta job implique de passer tes journées dans les festivals de musique, disons que c’est difficile de compter les heures!

(Sidenote : si tu travailles à ton compte et que tu as l’impression de trop en faire, je ne pourrais jamais assez recommander le B-School. Marie Forleo gère une business qui rapporte des millions et prend un mois de vacances minimum par année, en plus de parler de l’importance du sport, de la méditation et de connaitre ses limites. Elle est pas mal mon inspiration #1 en ce moment.)

Mon abonnement au gym se termine. J’ai choisi de ne pas le renouveler. Honnêtement, si ce n’était pas de l’aspect monétaire, probablement que je continuerais. J’ai vu toute la différence que cela fait. Il ne me reste qu’une session chez la nutritionniste, aussi.

Je ne suis pas encore où je voudrais être. J’ai encore des mauvaises journées. Il me reste du travail à faire, mais j’ai l’impression d’avoir beaucoup appris. Sur mes capacités, sur ce que je devrais manger, sur l’activité physique. Maintenant, le défi sera de le faire par moi-même. J’ai accès à un gym et une piscine, mon entraineur m’a appris à courir (c’est moins facile que ça a l’air!), il n’y a pas de raison que je ne le fasse pas. Mais j’avoue que ça fait peur un peu.

Il me reste le bio-feedback et le psy, que je ne crois pas arrêter. Le bio-feedback, c’est un peu étrange à expliquer, mais je pense que ça aide vraiment. C’est une session de 45 minutes, où une machine mesure ta respiration et ton pouls, et tu apprends à relaxer, d’une certaine façon. C’est certain que c’est une dépense de plus, mais l’objectif là aussi est qu’un moment donné, je devienne indépendante et que je puisse faire ces mêmes exercices seule à la maison, sans machine.

Prochaine étape : des vacances. Je vais camper aux îles de la Madeleine en septembre. C’est soit ma meilleure ou ma pire idée à vie, on verra rendu là ? Une semaine sans ordi, sans électricité, sans pouvoir penser au travail. J’ai hâte. Je prévois amener 8374 livres et flâner sur la plage.

Moi aux îles de la Madeleine

Aux îles de la Madeleine en 2016

Après, il faudra affronter l’hiver, la saison que je trouve la plus difficile. J’ai déjà un oeil sur une destination vacances pour janvier, maintenant que mon budget n’est plus accaparé par le gym (et B-School!). Une autre façon de faire attention à mon bien-être… Même si ça coûte cher.

J’ai l’impression que ce billet est un peu décousu. C’est toujours un peu différent de parler de ma vie, plutôt que de donner des astuces. Mais j’ai tellement parlé de ces changements sur internet depuis un an, que je me disais qu’une mise à jour était nécessaire.

Tu veux en savoir plus sur ma vie avec l’anxiété? Il y a deux ans, j’avais écrit un billet à ce sujet.

Tu as aimé ce billet? Épingle-le sur Pinterest!

Image pour Pinterest : changement habitudes de vie

As-tu déjà fait des changements similaires dans ta vie? Dis-le-moi dans les commentaires!


Tu as aimé ce billet?

Aide-moi à faire de ce blogue la meilleure ressource d’information pour aider les femmes québécoises à vivre mieux, pour moins. Découvre l’abonnement!

Abonne-toi à l'infolettre!

 

Pour plus de trucs pour vivre mieux pour moins