Je déteste l’hiver.

En fait, ce n’est pas tant l’hiver que je déteste, mais la neige. Le froid qui fait ressortir mon eczéma. Les nuits trop longues. Le manque de luminosité. Le fait que je vis encore avec les conséquences d’une chute sur la glace en 2014. Et le manque d’énergie qui vient avec tout ça. Et les gens qui me disent que j’aimerais mieux ça si j’en profitais plus ou si « j’étais bien habillée ».

Mouin, je déteste vraiment l’hiver, dans le fond.

Comment est-ce possible de réussir à s’activer quand il fait encore noir lorsque le réveil sonne?

Puisqu’être snowbird n’est malheureusement pas une solution pour la majorité d’entre nous (jusqu’à ce qu’on gagne Gagnant à vie, en tout cas), voici cinq solutions plus accessibles pour passer à travers la déprime saisonnière.

1. Être active

Moi sans maquillage

Après un workout hivernal chez moi

J’ai longtemps été la personne la moins active que je connaisse. J’avais certaines bonnes raisons pour ne pas bouger, mais disons que je les ai utilisées comme béquilles. J’ai trois blessures successives à la jambe gauche (genou, cheville et hanche) et j’ai dû subir une importante opération pour améliorer ma respiration, qui n’est toujours pas parfaite. 

Faire du sport, du moins, ma vision de ce que « faire du sport » devrait être, a longtemps été impossible.

Depuis, j’ai découvert que « être active » n’a pas à signifier des trucs à impact important, que je trouve encore souvent désagréables.

Être active, ça peut signifier commencer mes journées par une série d’étirements pour réveiller mon corps et mon esprit. Faire du yoga. Faire des exercices utilisant le poids de mon corps. Utiliser un TRX*, équipement que j’ai acheté après l’avoir découvert au gym (et qui ne prend aucun espace). 

Être active, c’est aussi marcher (tant que les trottoirs ne sont pas glacés). Courir, peut-être, même. 

Être active, c’est y aller à mon rythme. Suivre des vidéos sur YouTube ou bouger selon mes envies. Mais le faire tous les jours.

C’est fou l’effet que ça a eu sur mon moral, surtout cette année.

J’ai fait du yoga presque tous les jours de janvier à avril. J’ai marché des centaines de kilomètres cet été, aux îles de la Madeleine. Et depuis l’automne, je m’assure de bouger au moins une heure par jour, peu importe la forme que ça prend. 

Et je me sens tellement mieux.

Je vois l’effet sur mon moral dès que je cesse de bouger pendant quelques jours. C’est fou. C’est immédiat. 

Perso, j’ai découvert que ce qui fonctionne pour moi est de :

  • Commencer ma journée avec une série d’étirements d’environ 30 minutes, avant ou après mon déjeuner (assez tôt dans la journée) en écoutant de la musique ou une émission légère (genre Escape to the Chateau)
  • Si je désire faire une séance de yoga ou de mouvements plutôt légers, je préfère bouger juste avant le dîner
  • Si je veux plutôt marcher ou courir, j’ai un maximum d’énergie en fin de journée (vers 16h)
  • Si je n’ai pas eu le temps de bouger pendant la journée, au moins faire de légers étirements (improvisés, séance de yin ou autre) en soirée aide.

J’ai longtemps dit « je n’aime pas le sport ». Mais il est impossible de n’aimer aucune façon d’être active. Peut-être que ton truc, c’est la boxe. Peut-être que c’est l’Essentrics. Le yoga. Le ski. Le Pilates. Le soccer. Peu importe. Être active aide vraiment à donner de l’énergie. 

2. Essayer la luminothérapie

Espace bureau

Mon bureau, avec ma lampe de luminothérapie à droite

La luminothérapie requiert un investissement initial, mais, pour les bienfaits que ça a, tu ne regretteras pas l’achat! Ou tu peux faire comme moi et demander une lumière pour ta fête ou à Noël (hihi)!

Tu peux trouver des lampes pour des prix assez variés, allant d’environ 60$ à plus de 200$.

Il existe différents types de luminothérapie, renseigne-toi pour savoir quelle option est la plus adaptée à tes besoins. Perso, j’ai cette lampe (lumière bleue) et bien que la batterie ne fonctionne plus après de nombreuses années d’utilisation (elle doit toujours être branchée), je l’adore et je crois profondément qu’elle me fait du bien. 

J’utilise ma lampe de luminothérapie 30 minutes, tous les matins. J’en ai fait un petit rituel : je déjeune en regardant les actualités de mon domaine (marketing, blogging, etc.), en utilisant ma lampe. Quand elle se ferme automatiquement, je sais qu’il est temps de commencer ma journée de boulot.

Pas besoin de temps supplémentaire dans ta journée, tu peux inclure la luminothérapie, peu importe ta réalité. Oui, même quand je travaillais dans un bureau, dans un espace ouvert, j’utilisais ma lampe!

Un autre truc est d’utiliser une lampe qui simule le lever du soleil*, dans la chambre à coucher. Il existe même des lampes qui cumulent les deux fonctions, comme celle-ci*. Le hic, c’est que ces lampes ne « fittent » pas nécessairement dans le décor… En tout cas, c’est ce qui m’empêche d’en acheter une, pour le moment!

Perso, j’ai programmé mes ampoules intelligentes pour qu’elles s’ouvrent à 6h, le matin. C’est un peu violent, parce que ce n’est pas une lumière croissante, mais au moins, quand mon réveil sonne, ma chambre n’est pas complètement noire. 

3. Bien manger

Panio bio des fermiers de famille

Panier bio d’hiver des Fermiers de famille

J’ai toujours aimé manger, mais c’est vraiment au cours des dernières années que j’ai réalisé l’impact des aliments sur mon moral.

Bien qu’il est hyper tentant d’aller vers le junk food quand on ne file pas, ce n’est pas une solution à long terme. Je ne suis pas parfaite. Le popcorn au cheddar reste ma faiblesse, quand ça ne va pas. Ça, ou le Kraft Dinner. Mais manger santé la plupart du temps aide énormément. 

J’ai énormément écrit au sujet de l’alimentation. Je te laisse les liens vers certains des billets les plus pertinents en lien avec le manque d’énergie hivernal :

👉🏻 À lire :

4. Essayer l’acupuncture

J’ai consulté en acupuncture pour la première fois vers 2010, pour mes problèmes d’anxiété. Je n’y croyais pas vraiment (et je n’avais pantoute pas envie de me faire piquer partout), mais puisque je connaissais personnellement l’acupuncteur (et que je savais donc que ce n’était pas un charlatan), j’ai décidé de lui donner une chance.

Après quelques mois de traitement, avec la supervision et l’accord de ma médecin, j’ai même arrêté de prendre la médication que je prenais depuis plusieurs années. Bref, je suis passée de sceptique à vendue (mais je déteste toujours autant les aiguilles). 

Je ne comprends toujours pas comment l’acupuncture fonctionne, ça ne compute pas dans mon cerveau. Mais pour une raison que j’ignore, ça marche pour moi.

Tout ça pour dire que les acupuncteurs offrent des traitements aidant à passer à travers les changements de saison et que ceux-ci donnent un giga boost d’énergie. La première fois que j’ai eu ce traitement, je n’en revenais pas : je suis sortie de là avec tellement d’énergie, je dansais pratiquement dans la rue. C’était presque de la magie.

Une session d’acupuncture coûte environ 80$. Pour ce traitement spécifique, une à deux sessions sont recommandées au printemps et à l’automne. Voici la page Facebook de mon acupuncteur (à Montréal).

5. Prendre des suppléments (peut-être)

Omegas 3

Crédit photo : Jo Christian Oterhals

Est-ce que les suppléments fonctionnent réellement? Honnêtement, je ne suis pas qualifiée pour le dire. Je peux cependant mentionner que je prends des suppléments de vitamine D3 à l’année et des Omega 3 Joy de Genuine Health* tout l’hiver et que je crois que ça m’aide à passer à travers cette période difficile. Effet placebo ou effet réel? Je n’ai pas la réponse. 

Il y a quelques semaines, l’émission L’Épicerie a fait un reportage sur les suppléments d’Oméga 3 et est arrivée à la conclusion, en gros, que ça ne servait à rien. Il vaut mieux aller chercher ces vitamines grâce à une alimentation diversifiée. Sauf que le reportage ne s’est attardé qu’aux effets prétendus sur la santé cardiovasculaire, alors que ceux que je prends disent aider le moral. Même chose ou non? Pour l’instant, je l’ignore. 

Ce ne sont pas tous les suppléments d’oméga 3 qui prétendent avoir un effet sur le moral : il faudrait 1 000 à 2 000 mg/jour d’EPA, ce qui n’est pas le cas de tous les produits offerts et pourquoi je nomme spécifiquement la marque Genuine Health. 

Ces gélules coûtent nviron 80$ pour 240 capsules, à prendre à coup de deux (donc environ 20$ par mois). J’ai trouvé que ces suppléments sont vraiment, vraiment, vraiment moins chers sur Amazon qu’en pharmacie. 

IMPORTANT 👉🏻 avant de prendre des suppléments, consulte ta pharmacienne pour t’assurer que ceux-ci ne sont pas contre-indiqués pour toi. Ne cesse jamais les médications prescrites sans l’avis d’une médecin. Je ne suis pas une professionnelle de la santé et je parle ici de mon expérience personnelle. Si ta déprime saisonnière se transforme en dépression, consulte une médecin ou une psychologue.

Astuce extra : être douce avec toi-même

bain avec une tisane et des chandelles

Surtout, et je pense que c’est le plus important : sois gentille et patiente avec toi-même. 

Prends un long bain chaud. Commande un souper du resto. Mets moins de tâches à l’agenda (quand c’est possible). Tu battras des records de productivité une autre fois. Si tu as besoin de motivation, les abonnées ont accès à ce PDF à imprimer « contrat de douceur avec moi-même » gratuitement :

journée spa à la maison

Je suggère aussi de faire l’exercice d’écrire trois choses pour lesquelles tu as de la gratitude, le soir. Ça aide à te coucher de bonne humeur et ça remet les choses en perspective.

Un autre truc pour te donner une bonne dose d’énergie? Faire semblant d’être dans le Sud le temps d’un après-midi!

Tu as aimé ce billet? Épingle-le sur Pinterest!

Image pour Pinterest : Déprime saisonnière

Comment arrives-tu à passer à travers la déprime saisonnière? Partage tes trucs dans les commentaires!


Ce billet contient des liens affiliés (identifiés par un astérisque*), ce qui signifie que je pourrais faire une commission si tu fais l’achat d’un produit que je recommande. Faire un achat via ceux-ci permet d’encourager le blogue et ne change en aucun cas le prix pour toi. Pour plus d’informations, consulte la politique de vie privée.