J’habite Montréal depuis 2003. J’ai habité le centre-ville, le Plateau, et maintenant le Vieux-Montréal. J’ai donc toujours été dans des endroits assez près de tout.

J’aime cette proximité, lorsqu’on habite en ville. La facilité de se rendre du point A au point B.

À vrai dire, je marche partout, même quand cela signifie quelques kilomètres de distance. Je peux compter sur les doigts de la main le nombre de passes mensuelles de transport en commun que j’ai achetées au cours des dernières années!

Deux personnes qui marchent de dos

Balade en Australie

Pourquoi j’aime marcher

J’aime marcher.

Je trouve que ça commence bien une journée, ça permet de prendre du temps pour soi. On sort son iPod, on s’enfonce les écouteurs dans les oreilles et on décroche.

Je peux marcher des deux, trois kilomètres pour me rendre à un endroit X et je ne m’en rends même pas compte. Je l’ai déjà fait tous les jours, même, alors que je travaillais au Centre Bell. 2,6 kilomètres l’aller, deux fois par jour, cinq jours par semaine.

À moins de grosse pluie ou de froid intense, j’étais toujours à pied. 

Pour celles qui, comme moi, n’aiment pas trop faire du sport, c’est une façon de rester active sans trop d’effort. De plus, ça permet d’avoir du temps pour soi, seulement pour soi.

Comme je l’ai mentionné plus haut, j’habite le Vieux-Montréal. Et pourtant, je ne prends pas le métro pour aller magasiner au centre-ville, je le prends rarement pour aller me promener sur la rue Mont-Royal, et ainsi de suite.

Oui, ça prend un peu plus de temps (mais pas toujours!). Mais c’est du temps bien investi.

Et lorsqu’il fait beau, l’été, rien n’est plus agréable que terminer sa journée avec une longue balade sans but précis… peut-être même crème glacée à la main!

Moi qui marche

Une de mes activités préférées lorsqu’il fait beau : marcher pour marcher!

Marcher aide à épargner

On le sait, vivre en ville coûte beaucoup plus cher que vivre en banlieue. Il faut donc parfois faire quelques petits sacrifices afin de bien vivre selon ses moyens. Mais selon moi, marcher n’est même pas un sacrifice, c’est un petit bonheur!

Entre les gens qui ne savent pas vivre et la chaleur toujours désagréable du métro (sérieux, il faut que la STM fasse des vidéos pour expliquer aux gens les règles de base de la vie), les autobus qui ne semblent jamais être à l’heure et qui sont souvent trop bondés et une petite marche santé, il me semble que le choix est clair. Je ne parle même pas des voitures, qui sont loin d’être toujours nécessaires pour se déplacer en ville!

J’ai fait le calcul, et pour une distance de moins de 3 kilomètres, souvent, la différence entre la marche et le transport en commun est de moins de 15 minutes! 

Oui, je marche même l’hiver (des fois)… même si les trottoirs de la ville de Montréal sont souvent ridiculement dangereux. Mais ça, c’est une histoire pour une autre fois 😉 Disons qu’après une blessure qui a nécessité des centaines de dollars de traitements médicaux, je fais maintenant plus attention (et j’ai des crampons!). 

Marcher, même (surtout!) en voyage

Marcher dans la vie de tous les jours, c’est bien. Mais marcher, c’est surtout agréable en voyage.

À vrai dire, je crois que se perdre est la meilleure façon de découvrir une nouvelle destination, et pour se faire, il faut être à pied.

J’aime autant marcher en nature qu’emprunter les petites ruelles et grands boulevards de destinations urbaines. Oui, des fois il est nécessaire de prendre l’autobus, de louer une voiture ou de prendre un train, mais s’il est possible de marcher, pourquoi ne pas le faire?

Premièrement, c’est moins cher (qui n’aime pas économiser?), et deuxièmement, s’il y a bien un moment où on ne devrait pas avoir à regarder le temps, à suivre un horaire à la lettre, c’est en voyage, non? Prenons le temps de découvrir chaque petit endroit, de rentrer dans tous les commerces, de savourer un latté lorsqu’une pause est nécessaire. 

Si tu ne le fais pas déjà, promets-toi de marcher plus, dès ton prochain voyage. 

Moi aux îles de la Madeleine

Randonnée aux îles de la Madeleine

Moi qui marche à West Bay

Marche au coucher du soleil, au Roatán

Perso, mon plus grand bonheur de la vie (toutes catégories confondues) est regarder le soleil se coucher sur le bord de la mer, verre de vin à la main, après avoir pris le temps de me balader, pieds nus dans le sable

Quel bonheur! 

Règlements de la route

Un petit rappel, pour terminer : que tu décides de marcher, ou de prendre un vélo, ton skateboard, tes rollerblades ou ta trottinette, il est tellement, mais tellement important de suivre les règlements de la route. 

On traverse la rue quand c’est notre tour, on ne fait pas de jaywalking, on remercie un conducteur qui arrête pour nous laisser passer… C’est plus sécuritaire (et je ne sais pas pour toi, mais je suis quand même fan de l’idée de ne pas me faire frapper par une voiture) et c’est aussi du savoir-vivre de base!

J’ai commencé à faire plus attention aux règlements de la route en raison de mes voyages en Australie : là-bas, le jaywalking n’existe presque pas et tout le monde suit la signalisation. Personne ne stresse à propos de deux minutes perdues ici, gagnées par là. Et tu sais quoi? Quand on pense ainsi, on est tellement moins stressée, ça fait un bien fou! 

Sois zen, profite pleinement de ta marche, prends ton temps!

D’ailleurs, l’été, le BIXI est un bon mode de transport actif, alternatif et abordable à Montréal! J’en parle ici

Tu as aimé ce billet? Épingle-le sur Pinterest!

Image pour Pinterest : marche

Es-tu une grande marcheuse? Dis-le-moi dans les commentaires!

Abonne-toi à l'infolettre!

 

Pour plus de trucs pour vivre mieux pour moins