J’ai testé : les bottes Olang

J’hais l’hiver et j’ai le pire karma avec l’eau. 

J’ai déjà eu les meilleures bottes d’hiver au monde, mais depuis qu’elles ont rendu l’âme, je n’arrivais plus à trouver des bottes qui ont de l’allure.

Laides, immenses, qui ne conviennent pas à la marche en ville, qui tombent en lambeaux après trois mois, et surtout, qui prennent l’eau.

En quatre ans, j’ai acheté quatre paires de bottes et j’en ai jeté autant.

Ce n’est ni bon pour mon portefeuille ni bon pour la planète.

Alors, quand la marque Olang m’a proposé de tester des bottes 1) jolies 2) imperméables 3) avec crampons intégrés, j’espérais que ce soit la licorne des bottes.

C’était pas mal le cas.

Psst! Lis jusqu’à la fin pour obtenir mes impressions sur les bottes trois ans plus tard.

Mon karma avec les bottes d’hiver

Moi à Illumi
Ça ne parait pas sur cette photo, mais le tissu de mes bottes était COMPLÈTEMENT détruit à l’arrière, après seulement un an d’utilisation

Premièrement, j’ai un karma de merde avec les bottes d’hiver. Signe que je ne devrais pas passer l’hiver ici, peut-être? 😂

Il y a plusieurs années, j’ai acheté une paire de bottes parfaites d’une marque américaine : pas trop laides, chaudes, imperméables et assez durables pour mes marches sur les dangereux trottoirs de Montréal.

Après environ cinq ans, elles m’ont lâché. Ça, ça fait 4-5 ans. Et depuis, j’ai acheté une paire par année. Ça a commencé par mes pires bottes à vie, qui ont duré moins d’un mois et dont j’ai parlé dans un vieux billet de blogue.

Ensuite, il y a eu les nouvelles de la même marque que les premières, trouvées au rabais chez Winners, qui étaient les plus laides bottes de l’univers, mais j’espérais qu’après ma dernière expérience, elles dureraient. Elles étaient scrap après un an.

Après, j’ai choisi des bottes juste cutes, dont j’oublie la marque. Elles n’ont pas plus duré.

À la fin de l’hiver 2018, j’ai acheté des bottes d’une marque locale sur La Dernière Chasse. Cette fois-là, j’avais fait mes devoirs. Tout le monde me recommandait cette compagnie, elle vient d’ici. 

Sauf.

Après moins d’un an, le tissu des bottes a commencé à arracher. J’ai essayé de le recoudre, mais après quelques utilisations, le travail était toujours à refaire. Et des bottes cousues à la main, c’est moyen imperméable. 

Bref, j’ai dépensé plusieurs centaines de dollars et jeté QUATRE paires de bottes…

J’ai testé : les bottes Olang Dada

Bottes Olang Dada
Bottes Olang Dada

Je porte les bottes Olang Dada depuis novembre 2019.

Les bottes Olang Dada coûtaient 298$+tx et étaient offertes en deux couleurs, noir et rouge. Elles sont conçues et fabriquées en Europe, ont un extérieur en hydro cuir pleine fleur (ça, j’avoue que je ne suis pas certaine à 100% ce que ça signifie… en gros, elles sont en cuir) et ont une doublure en Shearling.

Elles protègent du froid jusqu’à -30°C et viennent avec une semelle amovible Isowarm qui dit protéger jusqu’à -50°C.

Elles ne sont plus offertes aujourd’hui, mais le modèle Tipok (305$) semble leur ressembler énormément.

C’est la première fois que je possède des bottes d’hiver en cuir (autre que des bottes ~propres~ à porter à l’occasion seulement) et je dois avouer que ce qui m’a fait pencher pour ce matériel est la facilité d’entretien : une fois par semaine, je passe un chiffon humide sur mes bottes et en moins de cinq minutes, elles sont comme neuves.

Puisque je marche énormément sur les trottoirs salés et remplis de roches, mes bottes sont habituellement tachées de blanc après 2-3 sorties. Avec des bottes en tissu, j’avais beau les nettoyer, elles ne redevenaient jamais propres. 

Maintenant, je n’ai qu’une seule paire de bottes : je les porte pour faire mes commissions, pour marcher en nature et pour aller à des événements plus chics.

L’autre côté positif est que ces bottes n’ont pas à être traitées pour être imperméables. Une amie m’a même dit qu’en cinq ans, elle n’a rien fait côté entretien, et elles sont toujours en bon état et parfaites pour l’hiver.

Est-ce que les bottes Olang valent le coût?

Bottes Olang dans la boite

Accesoires et informations avec les bottes Olang

Lors de l’achat, il y a dans la boite les bottes, une semelle amovible, quelques informations au sujet des bottes et de l’implication philanthropique de l’entreprise, ainsi que l’accessoire pour dégager les crampons. 

Le modèle Dada vaut 298$. Ce n’est pas donné. Sur le site web d’Olang Canada, en ce moment (2023), je vois des modèles entre 230 et 405$. 

Quelques mois après avoir commencé à porter les bottes, j’étais portée à dire que oui, elles valent le coût.

Elles sont chaudes, se lavent bien, sont jolies et surtout, imperméables. Ça semble plutôt basic comme caractéristiques, mais, malgré plusieurs recherches, je n’avais pas réussi à trouver tout cela dans une même paire de bottes! 

J’ai sûrement dépensé plus (en fait, j’en suis pas mal certaine) sur les quatre modèles maintenant aux poubelles.

J’ai trouvé quelques petits « hics » à mes bottes, mais rien de très grave :

  • J’ai de très gros mollets, donc j’ai choisi un modèle bas (les modèles hauts ne me font jamais). Cependant, je ne sais pas si j’ai de grosses chevilles également ou si c’est la botte qui est serrée, mais si je porte un skinny jeans et de gros bas de laine, elle est très serrée. 
  • J’aurais mis le zipper à l’intérieur de la botte et non à l’extérieur. Il me semble que toutes mes bottes à zipper précédentes étaient bâties de cette façon, également. 
  • J’ai choisi de mettre la semelle amovible dans mes bottes en tout temps, car je la trouve plus confortable et j’aime la chaleur qu’elle procure. Cependant, j’ai porté mes bottes quand il faisait 5°C et… j’avais si chaud que j’avais les pieds humides! Je pourrais bien sûr la retirer selon la température, mais je suis de type lâche. 😂

Comment fonctionnent les crampons rétractables des bottes Olang

Dessous de bottes Olang
Bottes en mode « régulier »
Dessous à crampons des bottes Olang
Crampons sortis

La grosse différence de Olang vis-à-vis les autres marques de bottes est bien sûr les crampons intégrés. Ça permet d’utiliser des crampons avec des habits plus chics sans avoir l’air de revenir d’une expédition.

Depuis ma chute sur un trottoir, disons que j’ai toujours un peu peur de me péter la gueule.

Ma mère m’a offert des crampons (qui ressemblent à peu près à ça*), mais je les oubliais une fois sur deux. Ou, je ne pensais pas en avoir besoin, puis il commençait à grésiller pendant que j’étais à l’extérieur et je m’en voulais de ne pas les avoir avec moi. 

Et c’est massif et potentiellement dangereux, des crampons dans un sac, on va se le dire!

Pour utiliser les crampons, les bottes Olang viennent avec un petit outil de métal. Je n’ai pas été capable de sortir les crampons sans.

Je ne me rappelle plus où, mais j’ai trouvé sur internet un review des bottes où une consommatrice disait avoir perdu le petit outil quelques mois après avoir acheté ses bottes et donc, qu’elles n’étaient plus tant pratiques.

Pour remédier à cela, j’ai placé l’outil dans une petite pochette que j’ai toujours dans mon sac à main, où je place baume à lèvres, tampons et cie.

Accessoire pour crampons de bottes Olang rangé

Dessous de bottes Olang dans la neige

Sortir les crampons est plus compliqué que je l’aurais cru. Je pensais que ça se ferait tout seul, mais ce n’est pas le cas.

J’ai dû m’assoir pour pouvoir les sortir, entre autres car le dessous des bottes est très texturé, ce qui aide à l’adhérence… mais quand tu marches en ville, ça signifie aussi que la neige et les cailloux viennent s’y placer et donc, qu’il faut procéder à un petit nettoyage avant de sortir les crampons. 

J’utilise l’outil pour sortir les crampons pour nettoyer le dessous des bottes et ça marche très bien.

Je dirais que ça me prend environ 30 secondes pour les sortir, donc ça se fait très rapidement quand même, mais il faut une bonne dextérité manuelle. 

Est-ce ça fonctionne?

Bottes Olang dans la neige

La vraie question est : est-ce que ça marche?

Sur son site, Olang prévient que « ce produit n’empêche pas de glisser sur les surfaces glissantes froides, lisses, mouillées, gelées ou enneigées », ce que j’ai mis à l’essai quand l’entrée de chez mes parents s’est transformée en patinoire.

Effectivement, je glissais, mais je crois que j’aurais glissé avec des crampons externes, aussi.

Ce ne sont pas des crampons magiques, ce sont des crampons pour aider et sécuriser.

Le vrai test, pour moi, a été lorsque je suis rentrée d’un souper avec des amis et que de la pluie verglaçante tombait. Pour me rendre chez moi, je devais descendre une bonne côte qui peut être pas mal dangereuse l’hiver.

À ma sortie du métro, j’ai installé mes crampons, et je suis rentrée chez moi sans tomber ou passer près de tomber. Je me sentais plus sécurisée, même si les trottoirs n’avaient pas été salés ou nettoyés.

Mon opinion des bottes Olang, trois ans plus tard

Bottes Olang après trois ans d'utilisation
Mes bottes après trois ans d’utilisation
La nouvelle semelle de mes bottes Olang
Mes nouvelles semelles

J’ai initialement écrit ce billet après deux mois à porter les bottes Olang. J’ai choisi de le mettre à jour après trois ans, car je viens de faire changer les semelles.

Est-ce un signe que je suis insatisfaite? Étonnement, pas du tout.

Comme démontré sur la photo plus haut, après trois ans d’utilisation quotidienne ou presque de décembre à avril, mes bottes sont encore absolument magnifiques. Aucun signe d’usure, aucune tache blanche causée par le sel.

Cependant, j’ai remarqué en décembre 2022 qu’elles n’étaient plus tout à fait aussi étanches qu’avant. Je n’ai jamais eu les pieds mouillés, il n’y a jamais eu d’infiltration d’eau, mais j’avais l’impression qu’elles prenaient un peu l’humidité si je les portais longtemps.

Je suis donc allée chez mon cordonnier, à la Gare Centrale (Montréal), et je lui ai demandé son avis. Sa suggestion? Bien qu’il ne voyait aucun trou apparent, il m’a suggéré de changer les semelles pour des semelles sans crampons de marque Vibrant, pour 75$+taxes.

Mais le but des bottes Olang, ce n’est pas justement les crampons?

En toute honnêteté, vu qu’il faut être assise, laver les semelles ET utiliser un outil pour sortir les crampons, je les utilisais très rarement. Selon le cordonnier, les semelles Vibrant ont plus d’adhésion sans nécessiter de crampons (sauf quand y a beaucoup de glace).

De plus, selon lui, bien que les crampons Olang sont pratiques, le mouvement constant de ceux-ci peut créer de minuscules fissures au fil du temps, ce qui pourrait expliquer mon impression de bottes humides.

Honnêtement, le résultat est bluffant. Sans le savoir, impossible de croire que les semelles ne sont pas les originales. Mes bottes ont l’air neuves!

Selon le cordonnier, les bottes Olang sont d’assez bonne qualité pour que l’investissement sur une réparation du genre valent la peine. D’ailleurs, il vend des bottes Olang dans son commerce : clairement, il les aime!

Selon lui, je pourrai facilement aller chercher cinq, si ce n’est pas plus, années d’utilisation avec mes nouvelles semelles. Ça ne fait que quelques jours que j’ai celles-ci, mais j’ai bien l’intention de lui donner raison!

Tu cherches des activités gratuites à faire pour profiter de l’hiver? Tu trouveras des dizaines d’idées ici!

Tu as aimé ce billet? Épingle-le sur Pinterest!

Image pour Pinterest : bottes olang

As-tu déjà essayé les bottes Olang? Qu’en as-tu pensé? Dis-le-moi dans les commentaires!

J’ai reçu les bottes Olang Dada en envoi de presse. 


Ce billet contient des liens affiliés (identifiés par un astérisque*), ce qui signifie que je pourrais faire une commission si tu fais l’achat d’un produit que je recommande. Faire un achat via ceux-ci permet d’encourager le blogue et ne change en aucun cas le prix pour toi. Pour plus d’informations, consulte la politique de vie privée.


24 Commentaires sur “J’ai testé : les bottes Olang

  1. Eileen dit :

    Salut Beatrice 🙂

    Je les regardais depuis au moins 3 ans et j’ai cédé enfin cet hiver. Le modèle Sound à 210$
    Je les aime beaucoup!
    Curieusement, je réussi à placer ou retirer les crampons assez facilement même si je n’ai pas le petit bidule à portée de mains… mais c’est pas propre-propre 😉
    Tout comme toi, je les trouve un peu serrées mais au bout du pied. Il n’y avait pas de modèle « wide ».
    Elles sont lacées alors pour la cheville, pas de trouble… je les laisse assez lâches.
    Sécurité top notch! Je ne suis pas déçue!
    Reste à voir pour la durabilité des crampons… Avec l’hiver actuel, dans les Laurentides, fond de glace permanent, je garde les crampons des talons le plus souvent en mode « actif »… j’espère que ça ne les usera pas prématurément.

    Sommes toutes, très satisfaite moi aussi! 🙂

      • Martine dit :

        Bonjour Béatrice,
        Je cherchais un truc pour ne pas perdre ma pince à crampons quand je suis tombée sur ton blog.

        Concernant la durabilité, pour ma part, j’ai acheté le modèle Glamour à $255 en octobre 2018. Mais cette année quand je les ai sortis pour la 3e saison j’ai constaté que la semelle était légèrement décollée, suffisamment pour laisser entrer l’eau.
        Je trouvais que 2 saisons pour des bottes de qualité à ce prix c’était cher payé et j’ai donc contacté le SAC Olang qui a été très gentil et courtois mais n’ont rien pu faire en raison de la garantie de 1 an expiré.

        J’ai donc eu recours à mon gentil cordonnier et je me croise les doigts pour que je puisse continuer à porter mes bottes pour quelques années encore !

        Je suis d’accord avec Nathalie pour le coté moins pratique des crampons mais pour l’imperméabilité et la facilité de nettoyage ça vaut le coût même si j’utilise peu les crampons.

        Merci pour ton blogue,

        Martine

  2. Nathalie Chaperon dit :

    Allô, Béatrice
    J’ai eu des bottes Olang avec crampons intégrés il y a quelques années. Je les ai détestées et je les ai données. Pourquoi? Lorsque j’arrivais au Centre d’achats ou au bureau, je devais mettre les crampons en mode off, si je puis dire. C’était trop dangereux de marcher sur la céramique avec des crampons. J’arrivais difficilement à toucher mes crampons en position debout et il n’y avait pas toujours un siège à porter de main. Deuxièmement, je me salissais les mains en insérant le bidule dans la semelle de la botte à cause de la slush.

    Peut-être que je réessayerai un jour, mais pour l’instant, les meilleurs que j’ai eues à vie pour marcher en ville, ce sont des PAJAR. J’ai présentement au pied de solides bottes Merrell et après moins d’un an, je suis déçue. Elles ne me gardent pas au chaud comme l’an dernier.

    J’ai hâte de lire la suite de ton reportage.
    Nathalie

    • Béatrice dit :

      Ah, tu vois, la pire expérience bottes de ma vie a été avec Pajar. On a toutes des expériences différentes! (Mais je n’utilise pas les crampons des Olang à chaque fois que je les porte)

  3. Stéphanie dit :

    Bonjour, j’ai acheté les bottes Olang après une fracture du poignet suite à une mauvaise chute sur la glace. Elles me sauvent la vie…même sans les crampons, elles sont larges et stables. Ce n’est pas facile de mettre les crampons et ça prend une certaine flexibilité si on n’a pas accès à un banc. Mon outil, je l’ai mis avec mon trousseau de clés, comme ca je suis sûr de ne pas le perdre. Et selon la vendeuse, on doit prendre une pointure au dessus de notre pointure habituelle vu qu’elles sont fait petites. Voilà, je me sens en sécurité, je crois que sans ça, je ne pourrais plus sortir de chez moi !

  4. Marie dit :

    J’ai des bottes Olang rouge avec lacets. Revêtement de type patent leather, normalement sans entretien. Je marche vraiment beaucoup en ville. Les crampons sont super. Je suis capable de les sortir avec mes clés de maison en position debout avec appui. Oui, la botte est trop serrée pour moi aussi, malheureusement. J’ai le pied large et haut et parfois elles me font mal et mes orteils sont serrés. De plus, le revêtement patent imperméable a commencé à se défaire au bout du pied et elles prennent l’eau depuis peu. Je les ai depuis novembre 2019. 🙁 La prochaine fois, je ne prendrai pas ce fini imperméable et je prendrai un point plus grand.

  5. Renée Lamont dit :

    J’ai des bottes Olang! Oups beaucoup trop difficile à mettre les crampons, même avec la clé! Au point ou il faut absolument être assise et mieux encore se déchausser avant! Pas pratique du tout! Comme je n’ai pas pu trouver un banc et bien je suis tombé direct sur ma colonne vertébrale car sans crampon, ces bottes sont plus glissantes que toutes mes bottes que je possèdent alors très déçu! Résultat: souffle coupé, douleurs, spasmes Rx, grosses contusions glace, arrêt des activités ont été mon lot etc… et j’en passe!

  6. Chantal Godin dit :

    Je possède les bottes olang modèle Monica (250$)depuis 2017 je crois donc c’est leur 3e saison. Ce ne sont pas mes bottes principales donc je ne les portes pas tant que ça. Mais elles sont encore comme neuves alors je crois qu’elles sont résistantes. Un petit linge humide suffit à enlever le calcium. Niveau chaleur je suis un peu déçue mais je suis hyper frileuse des pieds alors je crois que c’est plus moi le problème que les bottes. Et avec un gros bas, ça va.
    Son seul défaut à mon avis est le confort. La semelle est tellement raide et épaisse (j’imagine que c’est à cause des crampons qu’elle est conçu comme ça) j’ai l’impression de marcher avec des bottes de ski alpin sauf que ma cheville peut bouger.
    Les crampons sont efficaces mais difficile à mettre et à enlever sans l’outil et je dois m’asseoir ou enlever les bottes pour le faire.
    Bref, elles ne sont pas parfaites pour moi mais je les aime bien et les garderai plusieurs années étant donné que je ne les porte pas tout les jours. Et ça prend une autre paire de botte au minimum pour la fin de l’automne et le printemps car à 0 degrés, elles sont vraiment trop chaudes. Et trop chaudes également pour aller magasiner.

  7. Lucie dit :

    Bonjour,

    Mes bottes Olang ont perdu leurs crampons après 3 mois d’usage quotidien. Faque, ma prochaine paire de bottes n’aura pas de crampons intégrés. C’est un peu de l’arnaque. Sans compter que je les trouvais difficiles à enlever.

    • Astrid Denelle dit :

      J’ai détesté ces crampons, je glissais plus avec que sans et puis le bidule pour sortir les crampons a cassé assez rapidement: par contre les bottes sont confortables, je ne les ai plus mises depuis deux ans mais je vais les ressortir cet hiver

  8. Abdelahad dit :

    J’ai des bottes Pajar à crampons integrés que je porte depuis 4 ans. Elles sont encore en excellent état, mais les crampons sont un peu usés. Je viens de découvrir qu’il est possible de changer les crampons pour 30 $ et il semble que les crampons de Pajar soient les mêmes que ceux d’Olag. Formidable non?

    • Stéphane dit :

      J’ai eu les Pajar, mais le soucis c’est que la semelle s’use vite, et donc les crampons finissent par dépasser trop de la semelle, et s’usent encore plus vite… et moi aussi, j’ai eu des infiltrations d’eau au bout de 2 ans, donc là je vais les changer.

  9. Cécile dit :

    Bonjour,
    L´article a 2 ans mais j´essaye quant meme…
    Je suis Française et je vie en Norvège et je ne trouve ni la marque Olang ni la marque Pajar. Je veux vraiment essayer des bottines ou des bottes avec des crampons intégrés, mais cela n´existe pas en Norvège. Que les bon vieux crampon ou il faut une chaise et 5 min devant soit pour les mettre ou retirer et j´obli aussi de se laver les mains après l´exercice.
    Avez vous un site internet qui livrerait en Norvège (le top), ou voir en France chez mes parents.
    Merci, Cécile.

  10. Stéphane dit :

    Alors, 3 ans après, que valent-elles ?
    J’ai acheté des Pajar avec crampons intégrés il y a 3 ans, et elles n’ont tenu que 2 hivers, avec la semelle qui s’était usée très vite, et les crampons qui dépassaient de trop, et donc qu’il fallait régulièrement remplacer… et aussi des infiltrations d’eau à la fin de l’hiver passé, donc poubelle…

    • Béatrice dit :

      L’hiver n’est pas encore commencé et j’ai passé 2 mois de l’hiver dernier au sud, donc il faudrait me poser la question de nouveau en mars 🙂 Mais lors de ma dernière utilisation, selon mon souvenir, je n’ai pas eu ce souci avec la semelle.

  11. Danièle dit :

    J’ai des bottes Olang depuis quelques années. Je suis arrivée sur cette page en cherchant un conseil, un truc, pour réussir à basculer les crampons en étant debout. Je vois que je ne suis pas la seule à avoir le problème. Même assise, j’ai du mal parce que mes crampons sont durs à «cliquer» pour qu’ils restent dans la position voulue. Se déchausser sur un banc de centre d’achats pour ne pas glisser sur les planchers avec les crampons, c’est pas l’idéal. Alors j’utilise surtout mes bottes en mode sans crampons. Je trouve aussi que les crampons sont trop petits et pas assez acérés pour ne pas glisser quand c’est vraiment glacé. Par contre, je trouve les bottes confortables et chaudes. Elles commencent à prendre l’eau un peu, ce qui n’est pas évident quand on habite Montréal avec ses lacs de sloche à presque tous les coins de rue. Je n’en rachèterai probablement pas mais j’aimerais bien trouver des crampons faciles à mettre et à ôter. Je fais de l’ostéoporose et si je tombe, mes risques de fractures sont grands, alors je suis craintive quand je marche l’hiver. Je ne peux pas croire qu’on n’ait pas encore trouvé de système parfait pour nos hivers. Merci pour cet article!

  12. André Cyr dit :

    Moi et mon épouse avons achetés des bottes Olang et sommes très déçue .
    La semelle qui retient le système à crampons est beaucoup trop régide donc très glissante.
    C’est comme des pneus d’été qu’on emploi l’hiver, c’est beaucoup trop dur donc très glissant.
    Pour le prix payé, ça ne vaut pas la peine.
    Acheté plutôt des bottes avec une semelle plus molle donc moins glissante et surtout le prix moins élevé.
    Soyez avisés et bon achat.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.