Depuis quelque temps, les billets d’avion du Québec vers le Costa Rica sont offerts à des prix très attractifs, alors que visiter le pays coûte une petite fortune.

À l’inverse, voler vers Managua au Nicaragua depuis Montréal coûte très cher, quand le pays est beaucoup plus abordable.

Pour cette raison, de plus en plus de voyageurs prennent l’avion de Montréal, Québec ou Ottawa vers Liberia ou San Jose et traversent la frontière terrestre séparant les deux pays à pied.

J’en fais partie. Voici comment s’est déroulée mon expérience.

Mon expérience

Vue atterissage à Liberia

La vue de la côte costaricaine à l’atterrissage était incroyable 😍

À la fin janvier, j’ai volé de Montréal vers Liberia avec Transat. Un vol direct qui m’a coûté 656$ incluant un bagage en soute.

Pour les mêmes dates, les vols de Montréal à Managua incluaient un ou deux arrêts aux États-Unis et coûtaient presque le double du prix, sans bagage en soute.

Le choix était donc évident, même si ma destination réelle (El Transito au Nicaragua) est à environ six heures de route de Liberia.

Mon vol a atterri en soirée, j’ai donc passé la nuit à Liberia avant de prendre l’autobus pour Peñas Blancas, la ville frontière, en matinée. Ce trajet d’environ 1h30-2h m’a coûté 3$US.

Église à Liberia, Costa Rica

Pas mal la seule chose à voir à Liberia 🤷🏼‍♀️

Rendue au Nicaragua, j’avais prévu prendre un chicken bus pour me rendre à Managua, mais lors de l’interminable attente aux douanes, j’ai fait la connaissance d’un chef Français installé au Nicaragua qui m’a proposé de me joindre à lui, car un chauffeur privé venait le chercher.

Mon trajet d’environ 3h a donc été gratuit, quelle chance!

J’ai ensuite pris un taxi jusqu’à El Transito, environ 1h30 de route qui m’a coûté 45$US (aussi une aubaine, le prix étant plus souvent 60$US).

Au retour, puisqu’aucun autre transport ne concordait avec mon horaire, j’ai pris un taxi pour me rendre d’El Transito à Peñas Blancas. Ça m’a coûté une petite beurrée (155$US) pour le trajet d’environ 3h30.

Plusieurs des personnes qui volent du Costa Rica commencent et terminent leur trajet à Ometepe ou San Juan del Sur, très près de la frontière, pour éviter ces frais immenses que j’ai déboursés… et voir du pays!

Quoi préparer pour entrer et sortir du Costa Rica

Moi qui attend aux douanes

Lors de la deuxième attente aux douanes du Costa Rica… il faisait chaud!

Au moment de mon séjour, les conditions d’entrée au Costa Rica étaient les suivantes :

  • Remplir la Pase de Salud (condition éliminée le 1er avril 2022)
  • Être complètement vaccinée
  • Avoir une preuve de sortie du pays (super important)

À ma sortie du pays par la frontière terrestre, j’ai payé une taxe de sortie de 10$US (argent comptant seulement).

Lorsque j’ai quitté le pays une deuxième fois à l’aéroport, j’ai payé une taxe aéroportuaire de 29$US pouvant être acquittée en argent comptant ou par Visa, mais avec des frais supplémentaires.

Quoi préparer pour entrer et sortir du Nicaragua

Douanes de Peñas Blancas, Nicaragua

Les douanes du côté du Nicaragua

Pour entrer au Nicaragua, j’ai dû fournir un test PCR négatif, payer une taxe d’entrée de 13$US (argent comptant seulement) et remplir un formulaire en ligne en plus de fournir l’adresse exacte où je me dirigeais incluant le numéro de téléphone.

Chose particulièrement cocasse, puisque les adresses n’existent pas au Nica..!

L’adresse que j’ai donnée est la suivante : The Free Spirit Hostel, Leon, Nagarote, Playa el Transito, De la escula 1 cuadra al oeste y 1 cuadra al norte, ce qui est quand même cocasse, car ça peut se traduire par « à un coin de rue à l’ouest et au nord de l’école ».

J’ai aussi payé une taxe municipale de 1$US alors que j’attendais en file à la frontière. J’avoue ne pas trop avoir compris celle-là, ça semblait un peu aléatoire.

À ma sortie du pays, j’ai de nouveau payé la taxe de 1$US (mais je ne sais pas si c’est seulement parce que j’avais perdu le petit papier ou si c’est à l’entrée et la sortie du pays). Ce paiement peut aussi être acquitté en cordobas.

J’ai aussi payé une taxe de sortie de 3$US, qui doit absolument être payée en argent comptant américain, et le douanier n’avait pas de 1$US, donc j’ai dû faire un échange avec le couple derrière moi en file afin de pouvoir avancer.

Bon à savoir : certains produits comme les drones et même les jumelles sont interdits au Nicaragua, donc assure-toi de vérifier les règlements si tu as de l’équipement avec toi.

Comment se déroule la traversée de la frontière

Informations au sujet des autobus dans une auberge

Signe que ce voyage est plutôt fréquent : ces informations étaient affichées à l’endroit où j’ai passé ma première nuit à Liberia!

Comme mentionné plus haut, j’ai pris l’autobus de Liberia à la frontière.

Ce trajet se fait très bien, l’autobus est plutôt confortable et les bagages sont placés en soute dans des compartiments selon la destination.

L’autobus quitte le centre de Liberia toutes les 45 minutes de 5h du matin à 19h. Selon mon expérience, l’autobus était à l’heure ou même d’avance, tout était bien indiqué et vraiment facile à comprendre. Le paiement se fait au chauffeur, en argent comptant, en $US ou en colones (3$US ou 1845 colones).

Rendu à Peñas Blancas, l’autobus nous a déposés au poste frontalier, ce qui porte un peu à confusion, car il faut d’abord passer par un petit bâtiment vert qui semble extrêmement louche (il y en a deux) payer la taxe de sortie et obtenir un petit papier avant de quitter le pays.

Indications sur un bâtiment des douanes costa ricaines

Je n’osais pas trop prendre de photos aux douanes comme telles, mais j’ai pris cette photo au bâtiment vert louche parce qu’il y avait des indications disant d’envoyer des informations confidentielles à un Gmail… quand je dis que ça n’inspirait pas confiance!

Bref, j’ai fait la file pour me faire dire de retourner en arrière payer… et j’ai dû attendre une nouvelle fois.

Au poste frontalier, l’agent a étampé mon passeport et j’ai pu partir presque instantanément.

C’est après que l’aventure a commencé..! Tu marches sur une route sans aucune indication, tu ne fais que suivre les gens devant toi, espérant qu’ils savent ce qu’ils font.

J’ai été arrêtée deux, trois ou huit fois, soit parce que je n’étais pas du bon côté de la route ou soit parce que je devais montrer un papier pour continuer.

Je jure que j’ai dû montrer ma preuve de test PCR douze fois, une chance que celle-ci était imprimée..!

Mon truc serait d’aller le plus lentement possible pour ne pas manquer un de ces postes de contrôle, car s’il manque une initiale ou un bout de papier griffonné, tu pourrais avoir à retourner en arrière et recommencer la file (ce qui est arrivé à plusieurs personnes quand j’y étais, certaines qui avaient même attendu plus d’une heure..!)

À la frontière, l’attente a été quand même longue, entre autres, car il n’y avait que deux postes frontaliers d’ouverts. À ce qu’on m’a dit, l’attente peut être presque nulle… ou durer plus de 4h!

Ça dépend de plusieurs facteurs, dont le nombre de postes ouverts, l’heure de la journée, mais aussi le nombre d’autobus arrivant en même temps. Selon ma compréhension, plus la journée avance, plus l’attente est longue.

Une fois mon tour arrivé, j’ai dû… répéter quatre fois toute l’information que j’avais déjà partagée dans le formulaire en ligne!

Le processus a été plutôt long, surtout parce que ça semblait juste du niaisage, par exemple sur la façon d’épeler le mot « marketing ».

Une fois mon entrée approuvée, j’ai marché quelques minutes pour rencontrer le chauffeur qui allait me mener à Managua.

Si tu n’as pas prévu de transport, tu peux trouver un taxi à cet endroit (assure-toi qu’il s’agit bien d’un taxi officiel) ou plutôt embarquer dans un autobus.

Il y avait aussi quelques petites boutiques sur place, tant pour grignoter que pour acheter des bébelles variées.

Traversée Nicaragua / Costa Rica

Au retour, j’ai fait le trajet inverse, partant de El Transito en taxi. J’ai trouvé les indications un peu plus claires dans ce sens. Je n’ai pas attendu une seule minute non plus.

Le seul truc que j’ai trouvé mal indiqué était les douanes costaricaines… il n’y avait pas de signe disant où aller, j’ai failli juste les sauter et entrer dans le pays illégalement!

L’arrêt d’autobus pour Liberia est directement face à la sortie des douanes et est facile à trouver, car il porte les couleurs du bus de Liberia et c’est indiqué en grosses lettres « Liberia tickets ». Les bus roulent de 5h à 18h30.

Contrairement à l’aller, le trajet a été un peu interminable en raison de nombreux arrêts. Notre autobus a même été sélectionné pour un contrôle aléatoire par la police.

Compagnies d’autobus offrant des forfaits

Intérieur du bus du Costa Rica

Intérieur d’un bus du Costa Rica

Je n’ai pas testé ces services, mais plusieurs personnes rencontrées lors de mon voyage ont utilisé les services de Nica Expreso, Nica Bus ou Tica Bus pour traverser la frontière un peu plus facilement et plus confortablement.

Ces services sont relativement abordables (environ 30$US) et permettent d’éviter bien des maux de tête.

Ces autobus lient plusieurs villes, dont San Jose et Liberia, à Managua et fournissent une certaine assistance à la frontière (ceci semble différent d’une expérience à l’autre. Des personnes m’ont dit qu’un agent est entré à bord de l’autobus pour faire les vérifications, d’autres m’ont dit avoir dû sortir, certains ont fourni des papiers à leur chauffeur, d’autres non…)

Le hic, c’est qu’il suffit qu’une personne ait un problème à la frontière pour que l’autobus entier soit retenu et retardé.

J’ai trouvé les sites web très peu clairs par rapport aux trajets depuis / vers Liberia (il semble qu’en direction du Nica, il faille prendre le bus sous un viaduc à 3h du matin..!) et j’ai envoyé des courriels pour obtenir plus d’information auxquels je n’ai jamais obtenu de réponse.

Un ami m’a dit avoir reçu une réponse presque instantanée en passant plutôt par Whatsapp, service très utilisé en Amérique latine.

Toutes les personnes que j’ai rencontrées qui ont utilisé ces services (il y en a beaucoup!) ont cependant été très satisfaites.

Est-ce que ça a valu les économies?

Vue de Ometepe au coucher du soleil en avion

Un avantage de partir de Liberia : la vue d’Ometepe de haut! Wow!

Lorsque j’ai réservé mon vol, j’étais 100% convaincue que les économies valaient la peine, surtout pour éviter les arrêts aux États-Unis avec les restrictions actuelles (ça aurait été plus compliqué au niveau de la logistique, par exemple pour les tests COVID).

Cependant, je ne suis pas certaine si c’est réellement économique tant au niveau du temps que de l’argent pour quelqu’un qui va autant dans le nord du Nicaragua que moi (et qui ne veut pas perdre deux jours pour que son horaire concorde avec celui des autobus mentionnés plus haut).

Finalement, j’aurai payé :

  • Billet d’avion : 656$
  • Deux taxis de et vers l’aéroport de Liberia : total de 50$US 
  • Deux nuits à Liberia (ville que j’ai détestée plus que tout) : total de 85,62$
  • Bus vers la frontière : total de 6$US
  • Taxe d’entrée au Nicaragua : 13$US
  • Taxe municipale à Peñas Blancas : total de 2$US 
  • Taxe de sortie du Nicaragua : 3$US
  • Taxe de sortie terrestre du Costa Rica : 10$US
  • Taxe de sortie aéroportuaire du Costa Rica : 29$US
  • Taxi de Managua à El Transito (puisque j’ai eu un lift gratuit de Peñas Blancas à Managua) : 45$US
  • Taxi de El Transito à Peñas Blancas : 155$US

Pour un total de 741,62$ + 313$US, donc plus de 1000$ (1136$ selon mon app de conversion de devises).

Ça reste moins que les vols Montréal/Managua, mais l’économie n’est pas aussi significative que ce que j’avais estimé au départ.

Coucher de soleil au Free Spirit Hostel

Mais quand tu arrives et que tu as cette vue… worth it!

Mon aller Montréal à El Transito m’a pris plus de 24h (vol à 12h05, arrivée à Liberia à 17h05 incluant 1h de décalage horaire, départ pour le Nicaragua à 9h30 le lendemain matin, arrivée à environ 17h).

Mon retour El Transito à Montréal a été un peu plus court techniquement, mais a inclus beaucoup d’attente (départ de El Transito à 12h30, arrivée à Liberia à 19h, vol à 17h25, arrivée à 00h55 incluant deux heures de décalage horaire). 

J’ai dû choisir cet horaire afin de faire le test antigène nécessaire pour rentrer au Canada, qui ne sera plus nécessaire à partir du 1er avril.

Peut-être qu’à ce moment, malgré les unes ou deux escales, les vols vers Managua redeviendront plus attractifs.

Il ne faut cependant pas oublier de prendre en considération les taxis et/ou autobus vers ta destination réelle et les taxes dans la comparaison de prix.

Pour en savoir plus sur l’endroit où j’ai séjourné pendant mon voyage au Nicaragua, le Free Spirit Hostel, consulte ce billet!

Tu as aimé ce billet? Épingle-le sur Pinterest!

Image pour Pinterest : frontière Costa Rica Nicaragua

As-tu déjà traversé une frontière entre deux pays à pied? Comment s’est déroulée ton expérience? Dis-le-moi dans les commentaires!