Les 3 questions à te poser avant d’acheter un vêtement

Comme plusieurs, j’ai beaucoup de plaisir à renouveler ma garde-robe.

C’est tellement le fun de porter un nouveau vêtement hyper avantageux!

Mais c’est aussi facile de tomber dans l’excès. Un chandail par ci, un pantalon par là, une robe, un accessoire… surtout lors de ventes, c’est facile de perdre le nord et d’abuser!

Tu clignes de yeux et plus aucun de tes tiroirs ne ferme tellement tu as de vêtements.

Voici les trois questions les plus importantes (à mon bien humble avis) à te poser avant d’acheter un nouveau vêtement.

Celles-ci sont également pratiques si tu te questionnes au sujet d’un objet à utiliser, quel qu’il soit!

1) Combien suis-je prête à payer par utilisation?

Botillons de cuir
Mes bottillons qui ont sûrement le meilleur cost per wear à vie!

La première question est en lien avec le concept du cost per wear, ou l’utilisation à 1$, comme je l’ai surnommé.

En gros, si tu magasines et que tu n’es pas certaine si l’article que tu convoites serait un bon achat ou non, pose-toi la question : combien est-ce que je paierais cet article par utilisation?

Pour moi, souvent, la réponse est 1$. Si le prix de l’article est 50$, est-ce que je voudrais porter ce morceau 50 fois?

Si oui, il s’agit d’un bon achat. Sinon, ce n’est pas un bon achat.

Il s’agit donc de déterminer combien tu paierais chaque vêtement, paire de souliers ou accessoire par jour d’utilisation. Plutôt facile, non?

Choisis le montant avant d’arriver au magasin, afin de rendre la tâche plus simple. Il se peut que, pour des sous-vêtements, le chiffre soit 0,25$ l’utilisation, tandis que pour une belle paire de talons hauts, ce soit plutôt 10$.

Il y a quand même une différence entre des vêtements pour la vie de tous les jours et ceux choisis pour une occasion spéciale!

Cette logique permet également d’acheter sans remords un vêtement de designer qui coûte peut-être plus cher que ce que tu aimerais dépenser…

Penses-y : tu le porteras souvent, ce morceau tant convoité! Et si tu achètes un vêtement que tu aimes plus ou moins juste parce qu’il est en spécial, le coût à l’utilisation pourrait alors revenir pareil ou tout près…

N’oublie pas que tu peux faire réparer (ou réparer toi-même) bien des vêtements et accessoires pour améliorer leur cost per wear.

J’ai une paire de bottillons (la photo plus haut) et une de loafers qui ont reçu plusieurs (!) nouvelles semelles et que je porte encore très très très fréquemment! J’ai aussi fait teindre mon sac à main de cuir Rudsak pour qu’il retrouve son éclat d’il y a 15-20 ans, quand je l’ai acheté.

👉🏻 À lire :

2) Combien d’heures de travail seront nécessaires pour me payer cet article?

Moi au restaurant Gatto Matto
Avec mon chandail de la designer montréalaise Marigold qui m’a coûté une centaine de dollars

Une tout autre façon de voir le coût des articles que tu convoites!

Si tu vois quelque chose plutôt cher et que tu cherches des façons de justifier (ou non) l’achat, une autre façon de calculer son « coût réel » est de le compter en nombre d’heures de travail nécessaires.

Par exemple, si le prix est 100$, combien d’heures devras-tu travailler pour te payer cet article? Ça remet les choses en perspective!

En additionnant ce calcul à celui du cost per wear, ça signifie que parfois, il est plus avantageux d’acheter un chandail que tu adores à 50$, plutôt qu’un chandail que tu n’aimes pas, mais que tu achètes juste parce qu’il est 10$.

En portant le chandail à 50$ 50 fois, il revient à 1$ l’utilisation… Et si tu ne portes le chandail à 10$ qu’une seule fois parce que tu ne l’aimes pas vraiment (ou qu’il est de si mauvaise qualité qu’il s’autodétruit à la laveuse), il revient à 10$ l’utilisation!

Et 50$, pour plusieurs d’entre nous, c’est moins de trois heures de travail, pas si pire après tout!

Ce concept peut être utilisé pour calculer le prix réel d’une panoplie d’affaires.

Serais-tu prête à travailler une semaine pour te payer une chambre d’hôtel 5* deux nuits?

À accepter les heures supplémentaires demandées à ton travail (et le boni qui vient avec) si ça signifie que tu peux faire les rénos dans ta cuisine dont tu rêves depuis des années?

Ou à accepter une job à temps partiel ou créer ton side hustle pour que tes enfants aillent à l’école privée plutôt que publique?

Peut-être que oui, peut-être que non. Ça dépend de tes choix, de tes priorités.

👉🏻 À lire :

3) Est-ce que je suis prête à me défaire d’un vêtement?

Ma comode vide et propre

Depuis plusieurs mois, j’ai établi une nouvelle règle chez moi : chaque fois qu’un nouveau vêtement entre, un ancien doit sortir.

C’est tellement simple, mais ça aide BEAUCOUP à réduire mes achats.

Ceci me force à me demander sérieusement si j’ai besoin du morceau que je m’apprête à acheter.

Avantage abonnées : tu as accès à un aide-mémoire En ai-je vraiment besoin?

En ai-je vraiment besoin?

La raison pour laquelle j’ai adopté cette règle est simple : j’ai vraiment trop de vêtements et de souliers, déjà.

Et j’ai déjà été pire! Surtout au niveau des souliers : j’ai déjà eu 100 paires, facile. Ironiquement, la plupart n’était tellement pas confo que je ne les portais même pas, alors mon garde-robe était plutôt un musée de souliers.

Beaucoup de souliers cheaps

Aujourd’hui, je choisis plus intelligemment. J’essaie en premier lieu de n’acheter quelque chose que si j’en ai besoin, mais parfois, c’est aussi le fun de s’accorder un petit plaisir… surtout quand ça ne coûte pas trop cher!

Règle générale, j’essaie maintenant de choisir de la qualité, quitte à en avoir moins.

Mon processus d’achat est simplifié, car je me pose quelques questions toutes simples :

  • En ai-je besoin?
  • Est-ce confortable?
  • Est-ce que je vais (vraiment) porter ce morceau?
  • Est-ce que je suis prête à délaisser un autre morceau pour celui-ci?

Si je réponds à l’affirmative à au moins quatre de ces questions, en plus d’avoir analysé le coût par utilisation et le nombre d’heures de travail nécessaires pour faire l’achat, je suis pas mal certaine de ne pas regretter l’achat dans une semaine!

👉🏻 À lire :

Envie de plutôt rire de mes achats, disons… moins intelligents? C’est par ici que ça se passe!

Tu as aimé ce billet? Épingle-le sur Pinterest!

Image pour Pinterest : question achat vêtement

Quelles questions te poses-tu pour t’aider à faire de bons achats? Partage-les dans les commentaires!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.