Le titre dit pas mal tout.

J’ai essayé le Botox et j’avais envie d’en parler.

Pourquoi utiliser le Botox?

Selfie avec cheveux blonds et après botox

Photo de moi prise hier avec mes nouveaux cheveux blonds!

Je ne pense pas que j’ai à me justifier de ce que je fais avec mon propre corps, mais j’ai envie de parler de ma décision d’utiliser le Botox.

Premièrement, parce que je crois qu’il faut normaliser le fait d’avoir recours à ce genre de soins.

Je sais que la première fois qu’une connaissance m’a parlé de son utilisation du Botox, je l’ai jugée en titi. J’avais cette idée que Botox = un visage plastique, une haine de sa face, un désir de changer son apparence de A à Z. 

J’étais dans le champ en tabarouette.

Depuis que j’ai eu du Botox, j’ai décidé d’en parler ouvertement et je ne sais pas le nombre de personnes qui m’ont avoué leur surprise. Parce que ça ne parait pas. Parce que je n’ai absolument aucun désir de ressembler à Madonna en 2021. Parce que… moi?! Really?! 

C’est fou les idées préconçues qu’on a.

On ne réalise pas à quel point l’utilisation de ce soin est répandue et ça affecte nos attentes face à notre propre apparence.

Parce que si tu te compares à des gens qui ont des milliers de dollars d’injections dans le visage, que tu crois que c’est leur ~glow naturel~ et que tu es dont pichou, c’est normal que ça travaille sur ta confiance.

Je veux aussi en parler, parce que je ne crois pas que le Botox est une plus grosse modification de l’apparence qu’une coloration de cheveux, qu’un blanchiment de dents, que le recours au laser ou IPL pour se débarrasser de ses poils ou varicosités ou même d’avoir des broches ou de prendre une médication pour éviter la perte de cheveux.

Vieillesse et célibat

Moi au Sutton Place Hotel de Halifax

Team selfie parce que #teamforeveralone 😂 (non, mais sérieux, je n’en reviendrai jamais à quel point l’éclairage de cet hôtel était avantageux!)

J’ai l’impression que plusieurs de mes décisions de vie reviennent au fait qu’à 35 ans moins un jour, je n’ai jamais eu de chum.

J’ai encore espoir de rencontrer quelqu’un. Et veut veut pas, se trouver cute, au moins de temps en temps, c’est pas mal essentiel pour espérer une relation saine.

Au cours de la dernière année et demie, mon visage a tellement changé que je ne me reconnaissais plus dans le miroir. Et pas positivement. 

C’était devenu un véritable challenge de me regarder. C’est intense ce que j’écris là. Mais ce n’était plus moi dans ma réflexion. C’était une vieille personne fatiguée.

Il faut dire qu’en un an et demi, je suis passée d’un cheveu blanc à une grosse mèche blanche. D’une peau parfaite à une peau ridée, rosacée et acnéique. Et que j’ai mal réagi à certains produits essayés, ajoutant de la peau pelée et des cicatrices à tout ça. Que j’ai développé une blépharite causée par la rosacée. Puis de la perlèche en raison du port du masque…

Ça fait beaucoup d’affaires en même temps sur ma p’tite face. 

Puis, il y a quelques jours, un peeling et quelques injections de Botox plus tard, je me suis regardé dans le miroir et je me suis mise à brailler. Des belles larmes. J’avais l’impression d’être revenue à la vie.

Moi après le Botox

Même avec un moton de cheveux sales, quelques boutons et des grosses cernes 🙃

Quand j’ai commencé à penser au Botox

J’ai commencé à me questionner au sujet du Botox au début 2019, si je me souviens bien. Lors d’un passage chez l’esthéticienne, j’ai abordé le sujet pour la première fois en demandant si ça pouvait aider la pression que je ressentais au niveau du front.

Depuis près de trois ans (si ce n’est pas plus), je ressens presque en permanence un tiraillement au niveau de la « ride du lion ». Je ne saurais pas comment le décrire autre que c’est comme si mon muscle était toujours contracté (parce qu’il est pas mal toujours contracté).

Ce n’est pas une blague, j’ai commencé à porter un bandeau style ninja en travaillant, parce que ça me soulageait!

L’esthéticienne à qui j’ai posé la question (qui n’est pas une personne qui fait du Botox, mais qui travaille dans une clinique qui offre ce service) m’a fait sentir mal et étrange de poser cette question, comme si j’essayais de trouver des excuses pour avoir recours au traitement, même si je n’avais alors aucune ride.

Je suis partie avec un goût amer et l’impression que je me ferais juger si je continuais à poser des questions à ce sujet. 

Je n’en ai donc pas reparlé jusqu’à décembre 2019, quand j’ai vu une amie qui m’a avoué avoir reçu des injections. Je me suis empressée de lui poser plusieurs questions, mais ses réponses ne m’ont pas donné envie de consulter de nouveau.

En gros, elle a décidé d’avoir recours au Botox pour une région de son visage et s’est fait suggérer d’en faire ailleurs également. C’est son choix, elle peut faire ce qu’elle veut, mais je détestais l’idée que quelqu’un que je consulte pour une raison X me dit de faire YZ, même si ~techniquement~ ça pourrait améliorer mon apparence.

Au fil des mois, la pression que je ressentais s’est transformée en ride profonde. Pratiquement du jour au lendemain, je suis passée de rien à une ride profonde profonde profonde.

Moi dehors avec des lunettes soleil

Une photo qui démontre bien à quel point ma ride était rendue profonde

Moi avec le front bien plissé

J’ai publié cette photo en ligne, même si on y voit pas mal mes rides. Celles horizontales ne me dérangent pas du tout! Celle au milieu du visage, par exemple…

Ça m’a vraiment challengée. Autant je vis bien avec les ridules horizontales sur mon front, avec mes pattes d’oie, même avec la ride qui s’est formée dans ma joue quand je souris, cette ride-là, elle est en plein milieu de ma face et me donne l’air sévère et méchante.

Et elle fait MAL.

Première expérience avec le Botox

Ma librairie de photos

Ma librairie de photos était rendue une série déprimante de selfies où je regarde l’évolution de mon acné rosacée et de ma ride…

Ceux qui me connaissent dans la vie savent que depuis que cette ride est apparue, c’est pratiquement devenu mon seul sujet de conversation. 

Honnêtement, j’en parle tout le temps. Ça me dérange à ce point-là.

À l’hiver 2021, j’ai décidé qu’il était temps que j’agisse. Soit j’accepte qu’elle est là, soit j’essaie le Botox. À ce point-là, j’avais presque oublié la douleur, tellement ça faisait longtemps que je vivais avec.

J’ai découvert qu’une clinique près de chez moi, très populaire auprès des ~influenceuses Instagram~, offrait des services de Botox. J’ai pris rendez-vous.

Si, au début, ma rencontre avec le docteur s’est bien déroulée, elle a pris une tournure qui m’a laissé un goût amer en bouche très vite. 

Dès mon arrivée, je lui ai dit que je ne voulais en aucun cas qu’il me suggère des ajouts que je n’avais pas demandés. Il a accepté. Puis, une fois sur la chaise, il a commencé à souligner mes pattes d’oies et mes rides au front…

Finalement, il a fait plus d’injections que ce qui avait été entendu. Ce qui a augmenté la facture en plus d’être juste… je n’ai pas de mots. Je n’en ai pas eu sur le coup non plus. Jusqu’à ma plus récente expérience, tellement plus positive, je n’avais pas réalisé à quel point c’était wrong.

Et le pire? Je n’ai eu AUCUN résultat. Nada. Ça m’a coûté beaucoup, mais beaucoup, mais beaucoup de bidous et… rien.

À part des bons bleus pendant trois-quatre jours.

Moi après le premier essai avec le Botox avec des marques dans le front

Le seul résultat après ma première expérience avec le Botox : des belles marques dans le front!

La clinique m’a téléphoné pour faire un suivi une semaine plus tard, mais j’étais occupée et j’ai demandé qu’ils me rappellent. Ils ne l’ont jamais fait.

J’ai choisi d’accepter que j’avais perdu de l’argent et de passer à un autre appel.

Nouvelle expérience avec le Botox : une révélation

Cet été, je marchais avec une amie et je lui ai parlé de ma mésaventure avec le Botox. Elle m’a alors dit avoir recours à ce service depuis plusieurs années.

Elle m’a parlé de son expérience et celle-ci était tellement, mais tellement, différente de la mienne!

Ça a recommencé à me travailler, même si je n’avais pas encore tout à fait digéré ma première expérience.

À la veille de mes 35 ans, j’ai décidé que j’essaierais le Botox une nouvelle fois. Que si mon expérience était aussi négative, je pourrais passer à un autre appel et trouver d’autres façons d’apprécier mon apparence de nouveau.

Je suis plutôt devenue une nouvelle fan finie du Botox.

En rencontrant le nouveau docteur, j’ai réalisé que toute est dans toute. Ma ride, la bosse qui commençait à se dessiner par-dessus mon sourcil droit, les douleurs… c’était la même chose dès le début : un muscle qui travaille trop.

J’AVAIS LE FRONT TROP MUSCLÉ. 

Bon, ce n’est pas ce qu’il m’a dit, mais c’est ce que j’ai choisi de comprendre 😂 En gros, il m’a expliqué que je contractais très souvent mon muscle en me concentrant, ce que je faisais beaucoup puisque je travaille à l’ordinateur, ce qui causait tous mes problèmes.

Et la suite?

Montage photo où j'ai entouré jusqu'où ça tire

J’avais complètement oublié l’existence de cette photo jusqu’à ce que je tombe dessus en faisant un ménage de fin d’année dans ma bibliothèque photo… j’avais fait ce petit montage pour me rappeler jusqu’où ça tirait par moments!

Honnêtement, même si je ne réussis pas à me débarrasser de ma ride entièrement (je comprends maintenant pourquoi plusieurs personnes utilisent le Botox comme prévention : une ride profonde comme la mienne ne peut pas disparaitre du jour au lendemain même avec le Botox), je vais continuer ce traitement pour les bienfaits sur ma santé mentale et pour le soulagement que je ressens maintenant que mon muscle n’est plus contracté en quasi-permanence.

Je me regarde dans le miroir, et je me vois, moi. Si tu ne savais pas que j’ai du Botox, tu ne le saurais jamais. Ma face bouge. Je n’ai pas envie que ça ~paraisse~. Je veux avoir l’air d’avoir mon âge, pas 22 ans. 

Je ne veux pas commencer à tout changer de mon apparence, non plus. Mes petits défauts font qui je suis. Mon menton croche, le p’tit trou dans ma joue. Ce sont des trucs que je pourrais ~corriger~. Pis ce serait bien correct si je le faisais. Mais je n’ai pas envie de le faire. 

Et c’est pour ça que j’avais envie d’en parler. Parce qu’on parle souvent du Botox comme d’un extrême. Et finalement, mon traitement m’a coûté à peu près le même prix que les dizaines de crèmes que j’ai achetées depuis un an pour essayer d’arriver au même résultat.

Le Botox n’est pas une solution permanente et donc, au final, je devrai continuer à y avoir recours pour continuer à voir les bienfaits. Mais aujourd’hui, j’ai envie de me permettre ce poste budgétaire pour le bonheur que ça m’apporte.

Mais tout ça, ça m’a fait réaliser à quel point ça coûte cher, être belle. Oui, certaines personnes ont gagné la loterie de la génétique, mais la majorité des gens ne sont pas nés comme ça (et non, ce n’est pas Maybelline 😉).

C’est facile (mais insultant) de dire « ce n’est pas nécessaire! » ou « tu n’en as pas besoin! » à quelqu’un, surtout si tu ne vis pas la même problématique. Honnêtement, ça me fâche un peu quand des gens m’obstinent sur mes choix.

Je ne pense pas qu’on peut blâmer la société à 100%. Mon objectif n’est pas d’être parfaite, de ressembler à une mannequin. J’ai parlé de mes ~défauts~ que j’aime ou au minimum, que je tolère, en long et en large dans ce billet. Il y a des trucs que la ~société~ juge attrayants et avec lesquels je ne pourrais pas plus être en désaccord.

Je veux juste, MOI, être heureuse avec MOI.

Oui, j’aurais sûrement pu y arriver avec une bonne thérapie. Mais ça aussi, c’est cher. 😉

Ce n’est pas la première fois que je décide de dédier une grande partie de mon budget à moi-même. En 2017, j’ai dépensé une petite fortune sur un entraineur privé et un psychologue.

Tu as aimé ce billet? Épingle-le sur Pinterest!

Image pour Pinterest : expérience avec le botox

Est-ce que ce billet a changé ta vision du Botox? Dis-le-moi dans les commentaires!

Bien sûr, ce billet traite de mon expérience personnelle. Le Botox est une injection qui n’est pas sans risque, des effets secondaires sont possibles. Il est très important de se renseigner et de consulter une professionnelle avant de considérer ce genre de traitement. Ah et je ne sais pas si j’ai besoin de le préciser, mais je n’ai pas retouché les photos de ce billet 😉