Les vins d’épicerie (ou de dépanneur) n’ont pas toujours eu la meilleure réputation.

Et, on s’entend, on a tous déjà bu un produit qui n’était, disons, pas excellent.

Ma meilleure anecdote? L’été dernier, en canot-camping. J’ai mal compris ce qu’une amie m’avait dit, je croyais qu’on arrêterait dans une SAQ en chemin, mais c’est plutôt un dépanneur qui était sur notre chemin. N’étant pas la plus grande amatrice de bière, je regarde les options de vins offertes, je vois une bouteille Nicolas Laloux et je me dis « il me semble que j’ai déjà entendu ce nom ou bu ce vin : j’achète! ».

Bref, j’ai bu du vin dilué dans de l’eau toute la fin de semaine (appelons ça un spritzer des pauvres), parce que ce n’était pas exactement bon sinon, haha.

Mais ce serait mentir de prétendre que les vins d’épicerie ne sont jamais bons. Il y a plusieurs bons produits à découvrir.

J’essaie de vous aider à démystifier le tout.

réponses sondage 2016

La différence entre le vin d’épicerie et le vin vendu à la SAQ

Jusqu’à relativement récemment, peu d’information était disponible sur les vins vendus hors SAQ, ce qui a certainement contribué à cette mauvaise réputation. On entendait souvent dire que les vins d’épicerie étaient des amalgames de plein de vins différents et que c’était pour cette raison qu’on ne pouvait pas identifier le cépage.

La base de cette rumeur est en quelque sorte vraie : la loi québécoise exige que les vins vendus en épicerie soient embouteillés ici. Les vins arrivent donc au Québec par bateau, dans d’immenses conteneurs.

Ça explique pourquoi nous avons, au Québec, des vins qui n’existent pas dans leur pays d’origine.

Je ne mentirai pas, ça me brise un peu le coeur que l’un des vins les plus vendus de la province soit un vin australien… qui n’existe pas en Australie. SURTOUT que ce n’est pas exactement le meilleur produit offert sur le marché ni le moins cher… Pourquoi l’acheter? POURQUOI?!

Mais bon, soyons honnêtes : en SAQ comme à l’épicerie (ou au dépanneur), on trouve des produits plutôt moyens. Et de très bons produits, aussi. L’embouteillage au Québec a évolué et tous les efforts sont faits pour conserver la qualité lors du transport. Et, as far as I know, le mix & match de cépages, c’est pas vrai. Et de toute façon, on trouve des vins en vrac à la SAQ, aussi.

Essayons plutôt de focuser sur le positif.

Après tout, une bouteille de vin sur trois serait vendue en épicerie (source). C’est énorme!

vins d'épicerie

Nouveauté : le cépage maintenant identifié

Depuis quelque temps, le cépage est maintenant indiqué sur les bouteilles de vin vendues en épicerie, ce qui nous permet de faire des choix plus éclairés… en principe.

C’est quand même surprenant, mais selon un sondage effectué récemment par Léger Marketing, 52% des Québécois ne savent pas ce qu’est un cépage… mais les deux tiers (66%) ont cru à tort pouvoir identifier leur favori.

En fait, les gens ne savent même pas ce qu’EST un cépage : lorsqu’on leur a posé la question « qu’est-ce qu’un cépage? », 71% des gens n’ont pas réussi à trouver la bonne réponse parmi les choix suivants : le type de raisin, la méthode de production du vin, la région d’où provient le vin et le pays d’origine.

vins d'épicerie

Veraci, Bù Merlot, Silver Thorne et Bù Sauvignon Blanc Sémillon, des vins dispo en épicerie

Le cépage, c’est le type de raisin utilisé pour faire du vin et cela influence grandement le résultat final. J’aime beaucoup cette analogie, sur le site de la SAQ : « À l’image de la pomme Empire qui est différente de la McIntosh, qui diffère de la Cortland sur le plan de la morphologie, de la texture, des arômes et des saveurs, les cépages possèdent des caractéristiques propres qui leur permettent de se distinguer de leurs semblables. »

Bref, on pense que l’on connait ça, quand ce n’est pas vraiment le cas. Ceci explique peut-être cela, hein! Je dis ça, je dis rien…

Qu’on ne se demande pas pourquoi la SAQ a inventé les pastilles de goût! ;-) Qui sont d’ailleurs aussi disponibles en épicerie pour nous aider à faire de meilleurs choix.

Vous trouverez des vins d’épicerie représentant un bon rapport qualité/prix entre 12 et 18$ en moyenne.

Les conseils d’une sommelière

Alors, comment trouver les BONS vins d’épicerie?

J’ai posé quelques questions à Natalie Richard, animatrice et sommelière (diplômée de l’ITHQ et du Wine & Spirit Education Trust-level 3). La grande question que je me posais : pourquoi choisirait-on une bouteille à l’épicerie, si la SAQ est juste à côté?

Voici sa réponse : « L’avantage d’acheter les vins dans le réseau de l’alimentation est de pouvoir faire un seul arrêt quand on fait les courses, donc plus d’accessibilité, Il y a aussi le côté pratique d’acheter du vin au même endroit que ce que l’on mange. Cela permet de faire nos accords sur place, et de gagner du temps! »

Gagner du temps ET choisir le bon fit pour notre repas du soir, ça me semble assez gagnant effectivement.

vins d'épicerie

D’ailleurs le site web Vins en épicerie est vraiment bien fait et nous permet d’avoir beaucoup d’information sur un vin qu’on ne connait peut-être pas : cépage, description, accompagnements recommandés et même quelques idées de recettes qui s’agenceraient bien.

Mais comment choisir la meilleure bouteille? Natalie Richard dit que la meilleure façon reste de goûter et de faire des essais, car tous les goûts sont dans la nature (dont les meilleurs vendeurs que je ne comprends pas! 😜).

Surtout si on ne sait pas identifier quel cépage on préfère, il faut commencer quelque part et faire des essais erreurs.

Petit truc perso : lorsque vous essayez un vin que vous aimez, prenez la bouteille en photo ou notez son nom, son cépage et son pays d’origine. La prochaine fois que vous voudrez faire un test, prenez une bouteille qui propose certaines caractéristiques similaires.

(Ou achetez la plus belle bouteille, ce que je fais souvent hihi*)

*Bon goût DÉFINITIVEMENT pas assuré

Quelques vins testés

vin et fromages

vins d'épicerie

Petit apéro relaxe! (Ce vin non plus n’existe pas en Australie, mais il est bien meilleur que celui dont je ne mentionnerai pas le nom 😜)

J’en ai parlé dans un billet sur les vins d’origine québécoise, la sommelière Jessica Harnois a lancé une gamme de vins plutôt abordables vendus en épicerie, Bù. Ils sont définitivement parmi mes vins préférés disponibles en épicerie (ils sont également dispo à la SAQ).

D’autres personnalités font de même : Ricardo, François Chartier, etc.

Leur objectif? Démocratiser le vin. Prouver qu’il est possible d’avoir un bon rapport qualité/prix, même à l’épicerie.

Et je ne peux qu’applaudir cela.

Plusieurs vins québécois (ainsi que cidres et bières), de plus petits producteurs québécois sont également disponibles en épicerie, alors qu’ils ne sont pas vendus en SAQ. Une très bonne nouvelle pour nous, les consommateurs, et une excellente façon d’encourager l’industrie locale.

Cidres et vins de glace en Montérégie

Les cidres Michel Jodoin, dont plusieurs sont offerts en épicerie

Bref, même quand j’étais super pressée, je prenais le temps d’aller à la SAQ (bon, il faut dire qu’elle est à un pas et demi de l’épicerie) prendre MON vin go-to, celui qui ne me décevra jamais.

Je vais plutôt donner une meilleure chance aux vins d’épicerie la prochaine fois.

Et qui sait, je pourrais faire de belles découvertes.

Vous avez aimé ce billet? Épinglez-le sur Pinterest!

vins d'épicerie

Achetez-vous des vins d’épicerie? Dites-le-moi dans les commentaires!