Déjà le moment de publier mon dernier billet sur le Roatán!

Je suis partie là pour deux semaines de vacances et de déconnexion totale, donc je dirais que revenir avec trois billets complets, ce n’est pas mal, non?

Voici un petit pêle-mêle d’informations pratiques à connaître avant de planifier un voyage là-bas! C’est ton premier voyage dans un tout inclus? Lis également ce billet avant ton départ!

La piste de l’aéroport est très courte

Vue à l'atterissage à Roatan

Après avoir visité la République dominicaine et Cuba, aussi avec Transat, ces deux dernières années, j’ai été plutôt surprise d’entrer dans un relativement petit avion (737) sans écrans derrière les sièges pour me rendre à destination.

La grosseur de l’avion est peut-être en lien avec la popularité de la destination, mais elle est aussi liée à la piste de l’aéroport de Roatán. 

La piste est courte. Très courte.

Et elle est située très près de l’eau. Bref, alors qu’on allait atterrir, la dame assise à côté de moi m’a empoigné le bras avec force et m’a dit, un peu paniquée, qu’elle détestait atterrir là-bas, car elle ne croyait jamais que l’avion allait arrêter à temps. Vraiment génial d’entendre ça quand toi-même, tu n’es pas tant fan de l’avion hahaha. 

Mais bref, ça signifie surtout un atterrissage un peu brusque, car les pilotes doivent appuyer sur les freins dès que l’avion touche à terre. Mais pour eux, c’est une manoeuvre de routine! 

Ça permet de voir les immenses bateaux de croisière de très près, aussi. ¯\_(ツ)_/¯

Les méduses piquent (pis d’autres affaires aussi)

Moi en bateau

J’ai l’air heureuse, hein?! Je ne savais pas ce qui s’en venait hahaha

Avant que je parte, on m’a avisée que je me ferais piquer par des puces de sable au Roatán. On m’a suggéré de prévoir de l’huile de bébé, pour protéger mes jambes. Verdict : l’huile de bébé n’a aucun effet.

Oui, il y a des puces, mais je suis méga-prône aux piqûres et j’ai marché la plage de West Bay nu-pied de bord en bord tous les jours pendant une semaine, et je n’ai pas trouvé ça si pire.

Les moustiques m’ont plus dérangée, en soirée, mais c’est un peu ma propre faute : j’oubliais tout le temps de mettre de l’antimoustique, même si j’en avais dans ma valise.

Ce qui m’a fait mal, très mal, ce sont les piqûres de méduses microscopiques.

Ça, personne ne m’en avait parlé. 

J’ai seulement été piquée au Media Luna, et le gros de mes piqûres a été lors d’une sortie en bateau. 

Sur le coup, au début, je ne savais pas trop ce qui m’avait piqué. J’ai ressenti des mini-chocs électriques, rien qui fasse mal, c’était juste un peu désagréable. 

Après quelques sorties près de l’hôtel, je n’avais pas de marques, rien, et la « douleur » disparaissait en une demi-seconde. Mais la sortie en bateau a été plutôt pénible, non seulement car j’ai dû me faire piquer 50 fois en 2 minutes, mais, car ensuite, mes piqûres ont gonflé et brûlé. 

J’ai tenté de googler pour donner un peu plus d’infos sur le type de méduse qui cause ces piqûres, mais je n’ai rien trouvé qui correspond à 100% à mes symptômes. J’ai trouvé de l’info sur ce qui est surnommé les sea lice, soit des bébés méduses de 1cm impossible à voir sous l’eau, dont les piqûres enflent après 24 à 48h. Mais ces piqûres ne sont pas censées faire mal sur le coup, et j’ai définitivement ressenti des chocs électriques.

Piqûres de méduses Piqûres de méduses

La première photo plus haut a été prise à ma sortie de l’eau lors de la sortie en bateau, et celle à droite, 48h plus tard. J’ai dû faire des compresses de vinaigre et d’eau chaude pour que la douleur diminue, donc je te conseille définitivement d’apporter un peu de vinaigre blanc dans ta valise.

Ceci étant dit, les gens avec qui j’étais, qui se sont fait piquer par les méduses autant que moi, n’ont pas eu les mêmes symptômes par la suite, donc je crois que ça dépend de la personne.

Les prix sont plus élevés qu’ils le semblent

Repas au Bananarama

J’ai payé 28$US pour ce repas. Est-ce que c’était bon? Absolument. Est-ce que ça valait 28$US? Absolument pas.

Il existe une monnaie locale au Honduras, le lempira, mais il est facile de tout payer en dollars américains. Je te conseille de prévoir de l’argent comptant (pour les petites cantines, les pourboires, les taxi boats, etc.), mais les cartes de crédit sont acceptées presque partout

Il y a un truc que je n’ai pas tout à fait compris : à quelques occasions, lorsque j’ai payé par carte, on m’a dit que je devrais payer les taxes (15%), et que je ne les paierais pas si je payais comptant. Mais à d’autres endroits, le prix était le même (c’est-à-dire avec taxes), carte ou comptant.

Est-ce juste certaines entreprises qui veulent éviter de payer des taxes en proposant ceci? Sûrement. Mais ça peut faire une bonne différence, alors ça vaut la peine de prévoir plus d’argent comptant que pas assez. 

Le dollar canadien n’est accepté nulle part. Si tu n’as pas prévu assez d’argent comptant américain, tu peux cependant utiliser ta carte de guichet canadienne dans les ATM et retirer des lempiras. Il n’y a pas de guichet au Media Luna, mais il y en a à West Bay, West End et plusieurs autres endroits sur l’île. 

Autre truc par rapport aux taxes : si tu vas au resto, ça peut faire monter la facture très vite. La bouffe est taxée à 15% et l’alcool, à 18%. Bref, le repas sur la photo plus haut, qui semblait coûter un prix raisonnable (17$US pour les coconut shrimps et 4$US pour le « Bellini ») a fini par me coûter environ 37$!!! Oui, c’était bon, mais ça ne valait VRAIMENT pas 37$!

Comment est-ce que le prix a gonflé autant?! Premièrement, il y a les taxes : 15% sur la bouffe, 18% sur l’alcool. 21$US est devenu 24,25$US. Deuxièmement, il y a le pourboire. Et une chance que je fais mes devoirs : bien que les prix soient indiqués en $US sur le menu, quand tu reçois ta facture, elle est en Lempiras. Au bas, les pourboires suggérés (15%, soit 75,60 lempiras et 20%, soit 100,80 lempiras), sont indiqués et mon serveur (très sympathique) a voulu « m’aider » en faisant la conversion en dollars américains (5$US et 7$US).

J’ai décidé de vérifier, vu que ça me coûtait déjà cher pas mal. 1$US = 24 lempiras. Donc, 75,60 lempiras, c’est… 3$US, pas 5! J’ai donc laissé 28$US. 

Et le taux de change étant peu avantageux en ce moment, ce 28$US est devenu 37$CAN. 

Une chance, il y avait les baleadas à moins de 2$US, mais disons que j’étais contente d’aimer la bouffe de l’hôtel, car ça aurait pu me coûter une petite fortune autrement. 

Baleada

Baleada oeuf et avocat à 1,50$US

(Oui, il y a des restos moins chers, surtout si tu t’éloignes de West Bay, qui est méga touristique. Et il y a plusieurs spéciaux Happy Hour, mais il s’agit surtout de 2×1 ou autres, moins pratiques quand tu es seule. Pis honnêtement, la bouffe à l’hôtel était vraiment bonne, et il y avait plein de choix ~locaux~, alors je ne vois vraiment pas pourquoi j’aurais voulu payer plus ailleurs!)

Vaut mieux avoir son propre équipement de snorkelling

Tortue vue en snorkelling

Avant de partir, plusieurs personnes m’ont suggéré d’apporter mon équipement de snorkelling. Je dirais que c’est plus qu’une suggestion : si tu prévois faire du snorkelling, apporte ton équipement, sinon, ça va te coûter très cher.

Il est possible de faire du snorkelling gratuitement à plusieurs endroits. Donc, si tu as ton équipement, tu sautes dans l’eau et tu t’amuses. Tu veux louer de l’équipement? Minimum 15$US par jour en location. Les masques que j’ai vus en vente dans les centres de plongée étaient presque tous plus de 50$US. 

Au Henry Morgan, l’équipement était inclus avec les sorties payantes, mais au Media Luna, il s’agissait d’un ajout. Bref, encore une fois, ce sont des petits coûts qui peuvent faire monter la facture rapidement. 

Perso, je préfère faire du snorkelling avec une veste de flottaison, simplement pour pouvoir me concentrer sur le beau et non sur la nage. Au Media Luna, l’hôtel les prêtait, mais pas au Henry Morgan. Plusieurs personnes avaient apporté leurs spaghettis ou autres trucs de flottaison. 

Il y a beaucoup de trafic

Étonnant, mais vrai : il y a des gros bouchons de circulation au Roatán en ce moment! Mais pourquoi?!

Tout simplement, car il n’y a qu’une route principale, et qu’ils sont en train de la refaire, donc la circulation à deux sens se fait sur une voie seulement. Il faut donc souvent attendre notre tour.

Il parait qu’il y a deux ans à peine, les routes du Roatán étaient devenues presque impraticables tellement elles étaient remplies de nids de poule. La nouvelle route de ciment va régler le problème, mais, bien sûr, ça ne se fait pas du jour au lendemain! 

L’eau est follement transparente, mais…

Eau transparente à West End

C’est la première fois que je prends une photo où l’eau est si transparente que les bateaux ont l’air de voler!

Océan à West Bay, Roatán

À cet endroit, il doit y avoir un peu 3 mètres de profondeur!

Couleur de l'eau au Roatan

L’eau du Roatán est probablement l’eau la plus claire que j’ai vue de ma vie. Et j’ai voyagé en Australie, et j’ai fait du snorkelling dans de l’eau glaciale en Islande. C’est vraiment fou.

Mais… j’ai préféré le snorkelling en Australie. Comme partout dans le monde, les coraux du Roatán ne sont plus dans le meilleur des états. Après avoir vu des coraux plein de couleurs, je les ai trouvés sans intérêt. Le vrai fun du snorkelling (ou de la plongée) au Roatán, c’est de pouvoir observer la faune marine. Quand elle est au rendez-vous, c’est impressionnant. Quand elle ne l’est pas… c’est moins le fun. 

J’ai vu des dizaines de beaux bancs de poissons aux couleurs irréelles, une tortue, un barracuda et un lion fish, de jour (et sûrement d’autres choses, mais ma mémoire fait défaut), et une pieuvre, un oursin noir, un plancton fluroscent, des crevettes et une immense langouste mauve, de nuit. 

Don’t get me wrong : c’était beau! Mais vu la transparence de l’eau, je m’attendais à être éblouie, et ce ne fût pas le cas, malgré mes ~7-8 sorties. 

Coucher de soleil au Media Luna

Aussi, lors de mon voyage, la mer a été calme pas mal tout le temps sauf à deux reprises. Après avoir conseillé à tout le monde que je croisais de faire la sortie de snorkelling de nuit de l’hôtel Henry Morgan et en avoir convaincu plusieurs, une fille est venue me voir pour me dire que leur sortie avait été désastreuse au point qu’ils devaient en rire.

Le vent s’est levé, les vagues ont commencé et la visibilité a été complètement réduite. Une dame a même dû retourner à la plage, car elle commençait à avoir le mal de mer. Ils n’ont RIEN vu. 40$US aux poubelles. 

Et quand ils ont booké (quelques heures avant la sortie), rien ne laissait croire que les conditions allaient changer. Donc il faut faire attention, surtout quand on paie!

Il y a des Agoutis

agouti

Ça ressemble à un rat et ça saute comme un lapin. 

C’est drôle. 

C’est tout. 

Il peut pleuvoir pas mal

Pluie au Media Luna

On m’avait averti, avant mon voyage : le Roatán en janvier, ça peut être risqué côté météo.

Et il a plu.

Lors de la première semaine de mon voyage, je dirais qu’il a plu environ 50% du temps. Jamais une journée complète, sauf le dimanche (où je devais aller à Punta Gorda), cependant. Il n’y a pas eu une goutte de pluie de jour, la deuxième semaine. 

Il a plu pas pas mal toutes les nuits, pendant les deux semaines où j’y étais. Au Henry Morgan, je n’ai rien remarqué, mais au Media Luna, puisque j’étais dans une cabana, j’entendais la pluie tomber sur le toit. 

Vaut donc mieux prévoir bien de la lecture et des activités intérieures, au cas! J’étais heureuse que la pluie soit pendant mon séjour au Media Luna, car je pouvais faire des routines d’étirements sur mon méga balcon, puis lire sur mon hamac, sans recevoir une seule goutte d’eau!

Pluie au Roatan

Il ne faut pas jeter le papier de toilette dans la toilette

Je ne sais pas si j’ai besoin de donner plus de détails? haha

On jette le papier dans la poubelle juste à côté de la toilette.

Quelques spécialités locales à goûter

Fin de ce billet pêle-mêle : voici quelques suggestions de spécialités locales à goûter. 

Monkey La La

Monkey La La

Le Monkey La La : un genre de méga milkshake rempli d’alcool. J’ai trouvé ça un peu pas mal sucré, mais peut-être que mon appréciation aurait été différente de jour, au gros soleil? Les Honduriens avec qui j’étais m’ont dit qu’ils en enfilaient souvent deux de suite!

Baleada et bière au Booty Bar à West End

Bière locale (Salva Vida et Port Royal) et baleada : classique de fin de soirée. Je ne suis pas une grande connaisseure de bière, mais j’ai préféré la Port Royal. Et les baleadas, bien… c’est la vie. Ça me manque énormément. Tortilla maison frais, purée de haricots rouges, queso fresco et accompagnements au goût. TROP BON et vraiment peu cher!

Machuca : on me dit qu’il faut se rendre à Punta Gorda pour y goûter. Il s’agit d’un ragoût de bananes plantain en purée et de poisson dans du lait de coco. 

Au buffet de l’hôtel, j’ai aussi goûté à des tamales (pâte de maïs farcie et cuite à la vapeur dans des feuilles d’épi de maïs ou de bananier), à des pastelitos (petits chaussons frits, garnis de viande ou de fromage, ou d’un mix des deux). J’ai aussi vu la sopa marinera (soupe de fruits de mer) et sopa de caracol (chaudée de conques) mais je n’y ai pas goûté.

Pour vrai, ça fait 12 fois que je le dis, mais j’ai été vraiment impressionnée par la bouffe, dans les deux hôtels. Je me suis fait des baleadas pas mal tous les jours et il y avait beaucoup de choix locaux, et une bonne variété de plats. 

Pourquoi est-ce que j’ai visité deux hôtels tout inclus, sur la même île? J’avais VRAIMENT besoin de vacances!

Tu as aimé ce billet? Épingle-le sur Pinterest!

Image pour Pinterest : voyage Roatan

As-tu d’autres questions sur le Roatán? Partage-les dans les commentaires!


Ce billet t’a été utile? Réserve l’hébergement pour ta prochaine escapade sur booking.com et encourage le blogue : je recevrai une petite commission qui m’aidera à poursuivre sa mission sans que ça ne te coûte un sou de plus.


Joins-toi à plus de 3000 abonnées à l'infolettre!

 

Pour plus de trucs pour voyager peu importe ton budget