Je me rappelle encore, enfant, avoir été déçue de recevoir une chaîne stéréo à Noël, car cela signifiait que je n’aurais pas d’autres cadeaux, vu le prix élevé de celle-ci.

Pour moi, telle une Dudley dans Harry Potter, Noël signifiait abondance. Je ne réalisais pas la valeur de l’argent et je n’avais pas encore compris pourquoi certains cadeaux coûtent plus cher que d’autres.

Oui, je viens d’un milieu privilégié, mais je ne crois pas être la seule enfant à déjà avoir eu ce genre de réaction, malheureusement.

Je commence ce billet avec une anecdote que je considère comme franchement gênante, car c’est fou à quel point ma vision a évolué depuis.

Pour cette raison, j’avais envie de publier un genre de manifeste pour des fêtes plus simples. Une ode à la lenteur, aux belles pensées, au non-jugement et à la bienveillance à Noël.

À quoi sert réellement Noël?

Sapin de Noël illuminé

Bon, grosse question philosophique pour commencer, mais c’est la raison pour laquelle j’écris ce billet, après tout.

Sans faire de cours d’histoire, les célébrations de Noël et du solstice d’hiver datent d’il y a longtemps et le 25 décembre sert depuis des centaines d’années à commémorer la naissance de Jésus. Une fête religieuse, donc, mais qui, au Québec, est plus culturelle qu’autre chose.

J’ai fait des recherches rapides, et je n’ai pas trouvé de réponse claire à ma question « quand Noël est-il devenu aussi commercial? » Je ne sais pas s’il y a eu un switch un moment donné, ou si tout s’est fait graduellement. De la messe en famille à l’espérance de voir un Play Station sous le sapin. Bin coudonc.

Bref, ce qui n’était à la base pas nécessairement une invitation à dépenser est rendue une course folle aux achats inutiles et coûteux. Black Friday, Cyber Monday et le Boxing Day sont même rendus intimement liés aux célébrations

Noël, c’est pour moi un moment de pause et de traditions. J’en profite toujours pour cuisiner des dizaines de sortes de biscuits avec ma mère, manger du ragoût de boulettes, regarder Harry Potter… 

Et aujourd’hui, je réalise que c’est ça qui est beau, encore plus que les cadeaux (bien… certains cadeaux. J’aime encore offrir des pensées, j’y reviendrai.)

Bon, je dois l’admettre : je suis privilégiée d’avoir très rarement eu à travailler pendant la période des fêtes. J’ai toujours pu profiter de ce moment pour célébrer et relaxer. Je ne peux prétendre savoir le sentiment qui est associé à être au boulot un 25 décembre, mais j’imagine que ça doit créer un pincement au coeur pour certaines personnes.

Je sais que j’avais été étonnée de trouver difficile de passer le 25 décembre et le 1er janvier seule, il y a quelques années, même si j’avais célébré à d’autres dates.

Preuve que ces dates sont tellement ancrées en nous! 

Comment remédier à tout ça?

Femme qui marche dans un marché de Noël

OK, tout ça c’est beau, mais dans les faits, on fait quoi?

Je dois avouer que je trouve ça fou, pareil, qu’année après année, peu importe le contenu que je produis, mes billets sur les idées cadeaux (et les achats au Costco 🤷🏼‍♀️) se retrouvent parmi les plus lus du blogue. 

Comme si, malgré tous mes efforts de proposer des idées d’activités gratuites ou des réflexions sur la consommation des fêtes, le matérialisme reste ce qui attire et intéresse les gens.

Alors, plutôt que de chialer pour chialer, j’ai pensé proposer quelques pistes de solutions.

Voici quelques idées de cadeaux en vrac :

  • Si tu as des enfants, demander à tes proches de limiter les cadeaux qui leur sont offerts. 
  • Respecter la règle des quatre cadeaux, surtout pour les enfants : quelque chose que la personne désire, une chose dont elle a besoin, un livre et un vêtement.
  • J’ai aussi bien aimé cette idée, dont j’oublie la source, d’offrir un abonnement à une ludothèque plutôt qu’un jouet. Louer le premier jouet, l’emballer, puis expliquer que ce n’est pas le seul cadeau : il sera possible d’aller ensemble l’échanger dans quelques semaines! Un cadeau qui se multiplie!
  • Donner du temps.
  • Offrir une expérience, qui peut être aussi simple qu’une journée de randonnée ou une invitation à souper à la maison.
  • Donner ou créer un héritage, par exemple en offrant un livre des recettes familiales.
  • Offrir seulement des cadeaux qui se consomment.
  • Ou encore, d’artisans locaux indépendants.
  • Préparer es plats maisons (surtout pour des parents qui travaillent beaucoup ou des personnes qui ont des limitations, quelles qu’elles soient, qui les empêchent de cuisiner autant qu’elles le désirent).
  • Créer un album photo, par exemple un album souvenir d’un voyage fait ensemble.
  • Donner quelque chose que tu n’utilises plus. Sans gêne! Si tu as un vieux séchoir qui n’a pas servi depuis 4 ans et que ta meilleure amie mentionne que le sien, essentiel à sa vie, a rendu l’âme, c’est un tout petit geste qui pourrait la surprendre!
  • Limiter, dans la mesure du possible, les cadeaux faits en Chine, en plastique cheap ou qui risquent de ne pas avoir une longue durée de vie.

Moi qui prépare des paniers cadeaux

Un cadeau, ça peut être aussi simple que d’aller souper chez son copain qui mentionne que sa tasse à mesurer a rendu l’âme et que ça ne lui tente pas d’en acheter une nouvelle, tomber sur un modèle en spécial à 3$ quelques jours plus tard, et se dire que c’est un maudit bel adon. (Oui, c’est une anecdote vécue récemment hehe)

Donner des cadeaux qui ne servent à rien sauf à dire « j’ai donné un cadeau », c’est non. Mais arrêter de donner des cadeaux complètement, c’est aussi impensable pour moi. Et tu n’as pas à partager mon point de vue là-dessus…

Bref, il n’y a pas de police du cadeau. Pas de compétition du plus gros ou du plus cher. Tu fais ce qui convient à tes envies et à ton budget, j’ai envie de dire, peu importe ce que les autres en pensent.

Côté décoration et célébrations, voici quelques idées :

  • Ne pas changer ta décoration tous les ans.
  • Lorsqu’il est nécessaire de la changer (ça peut autant être en raison d’un bris que d’une écoeurantite aiguë), privilégier les décorations de seconde main ou faites à la main.
  • Accepter que ta maison ne soit pareille à l’image que tu as vue sur Pinterest.

Comment célébrer Noël simplement

Verre de bulles devant sapin

Maintenant, comment célébrer Noël sans s’endetter ou causer de l’urticaire?

Si tu as lu jusqu’ici, j’espère que tu as quelques idées pour réduire le coût (économique et écologique) de tes cadeaux et de ta décoration, mais tu peux avoir envie d’organiser une (ou six) soirées festives quand même!

(Et une soirée festive, ça peut 100% être toi, ton chat, des bulles à 19$ et un film quétaine de Noël, hein!)

Alors, voici quelques idées :

  • Organiser un potluck pour que tout le monde contribue également aux dépenses de la soirée.
  • Ou même, convier les invités plus tôt pour que tout le monde cuisine le repas (et les biscuits de Noël!) ensemble!
  • Imposer un budget maximal à dépenser (tu trouveras des trucs pour parler de budget à Noël ici).
  • Si le traditionnel souper de dinde est hors du budget, bâtir une nouvelle tradition, soit en achetant une plus petite pièce de viande, soit en allant complètement ailleurs! Tu as même le droit de manger du Kraft Dinner!
  • Commencer à faire les achats alimentaires non périssables ou surgelés un à deux mois à l’avance, tant pour répartir le coût que pour profiter de toutes les bonnes offres.
  • Les célébrations n’ont même pas à inclure de repas… si la température le permet, pourquoi ne pas organiser une petite balade en raquettes (activité gratuite) suivie d’un moment de relaxation autour du sapin avec un chocolat chaud?
  • Noël en garde rapprochée? Pourquoi ne pas simplement organiser une soirée « camping dans le salon » avec les enfants et dormir sous le sapin après avoir regardé un film?
  • Si ton budget le permet et que Noël est une source de stress, pourquoi ne pas partir en voyage à ce moment, seule ou accompagnée?
  • Tu pourrais aussi louer un chalet loin de la civilisation avec ceux que tu aimes (ou en solo).
  • Bien sûr, si des organismes de ta région ont besoin d’aide, les fêtes sont un excellent moment pour faire un peu de bénévolat!

Si tu as besoin d’astuces pour réduire le gaspillage normalement associé à cette période de l’année, je propose des dizaines de solutions ici.

Outil pour gérer ses dépenses de Noël

Psst! J’offre aux abonnées du blogue un fichier Excel pour les aider à comptabiliser leurs dépenses de Noël, toutes catégories confondues. Un outil tout simple pour t’assurer de respecter tes moyens!

Pour le télécharger, il faut être abonnée.

Respecter ceux qui ne célèbrent pas

Coucher de soleil dans le Vieux-Port de Montréal

Finalement, je dois ajouter une ligne sur le fait qu’il y a zéro obligation d’aimer la période des fêtes ou d’avoir envie de décorer ou de célébrer.

Je l’avoue, je suis la première à dire « mais voyons… pourquoi? » quand quelqu’un me dit ne pas vouloir offrir de cadeau, organiser un souper ou même ajouter une petite touche festive à sa maison, mais j’essaie de travailler cette réaction.

Il y a 1001 raisons pour lesquelles quelqu’un peut vouloir ignorer cette période de l’année. Le boulot, l’association avec des souvenirs négatifs ou simplement une neutralité par rapport à tout ça…

Alors, c’est le moment de sortir son chapeau de non-jugement et de respecter les choix, croyances et envies des autres.

Joyeux Noël et joyeuses fêtes à toutes celles qui célèbrent! 🎄

Pour lire tous mes billets et découvrir toutes mes ressources pour profiter pleinement de la période des fêtes, consulte cette page d’information.

Tu as aimé ce billet? Épingle-le sur Pinterest!

Image pour Pinterest : Noël autrement

Aimes-tu Noël? Dis-le-moi dans les commentaires!