Il y a quelques semaines, je vous ai demandé ce que vous vouliez savoir sur le métier de blogueur. Vous avez plusieurs à soumettre vos questions sur Facebook et je vais tenter d’y répondre dans ce billet. Je partage également quelques petits trucs ~behind the scenes~ pour vous permettre de comprendre un peu mieux ce nouveau métier.

Voici donc mon petit (grand) guide de la nouvelle blogueuse 101. Je réponds à d’autres questions sur le blogging dans ce billet. Vous pouvez aussi visiter la page Ressources, où je détaille pas mal tout ce qui me sauve la vie quotidiennement.

Le blogging vous intéresse? Découvrez mon ebook pour nouveaux blogueurs!

Créer du contenu d’intérêt

Commençons par la base de la base, quand on a un blogue : il faut créer du contenu d’intérêt. Et ce n’est pas aussi simple qu’on pourrait le croire!

Si vous lisez sur le métier de blogueur, vous verrez le mot « niche » partout. Cela signifie le fil conducteur de votre blogue : tout votre contenu devra suivre cette ligne directrice.

Pour ma part, afin de créer du contenu dont je suis fière, j’ai choisi de ne publier que deux articles par semaine sur le blogue. Pour garder le fil de mes idées, j’ai un calendrier de contenu (sur Google Drive), où je note des idées, qu’elles soient spontanées, suite à des découvertes, liées à la saison, aux demandes de marques (je vais en reparler plus bas) ou même des sujets qui ont bien fonctionné sur les blogues que je lis, et dont je m’inspire!

lancer un blogue

Idées en vrac, codes couleur (pour ce blogue et pour AustralieQC.ca), débuts de textes, etc.!

Bref, pour avoir un blogue qui est fréquemment mis à jour, il faut d’abord et avant tout choisir un sujet (ou une niche) qui vous passionne, et dont vous pourrez parler au minimum une fois par semaine.

J’ai bien aimé ce truc, entendu dans un podcast sur le blogging : une fois le sujet de votre futur blogue choisi, énumérez 100 idées de billets, et écrivez-en 20. Si vous n’y arrivez pas, votre niche n’est pas la bonne!

>> Découvrez d’autres exercices à faire avant de lancer un blogue ICI <<

Par la suite, il n’y a pas de recette magique : je suis seule à publier sur ce blogue, mais plusieurs ont 50+ collaborateurs, certains écrivent des billets de 250 mots, mes articles font souvent plus de 2000 mots. Tout dépend de VOS objectifs et du type de média que vous aimez lire!

Devenir rédactrice en chef, photographe, gestionnaire de communautés, responsable du service à la clientèle, directrice du marketing et des TI, des ventes et relations de presse…

Pour être lue, il ne suffit pas de créer du contenu d’intérêt : vous devrez démarcher (et démarcher encore!) pour que des gens trouvent votre blogue et décident d’y revenir.

Vous devez aussi prendre de bonnes photos (ou engager un photographe), mettre à jour vos médias sociaux quotidiennement, gérer les bogues liés au site web, répondre aux questions des lecteurs et négocier avec diverses compagnies. Bref, préparez-vous à être occupée!

Avoir un blogue pour le plaisir, c’est une chose. Vouloir en tirer des revenus, c’en est une autre!

Comme pour toute entreprise, vous devrez accepter que c’est simplement impossible de tout faire, et déléguer certaines tâches. Pour ma part, je délègue les tâches plus techniques à un programmeur, et la gestion quotidienne de ma page Facebook à la sympathique Camille.

Quand mes revenus le permettront, j’aimerais pouvoir engager un(e) assistant(e) aux ventes, pour me libérer d’une partie de la négociation nécessaire quand vient le temps d’être payée, car je déteste cela!

Bref, être blogueur, ce n’est pas qu’écrire un article. En fait, juste pour écrire un billet, il faut :

  • Avoir l’inspiration / prendre les photos / assister à l’événement nécessaire à la rédaction
  • Écrire l’article
  • Ajouter des photos (optimisées pour le web!)
  • Passer son article dans Antidote ou faire relire par un(e) réviseur(e) (n’oubliez JAMAIS cette étape!)
  • Créer des graphiques pour les réseaux sociaux (surtout pour Pinterest, où l’image doit absolument être en long)
  • Ajouter des liens internes et optimiser son billet pour le SEO (afin qu’il apparaisse dans les résultats de recherche Google)
  • Relire son billet
  • Partager le billet sur les médias sociaux
  • Envoyer l’article aux gens ou marques mentionnées dans le billet, dans l’espoir qu’ils le partagent à leurs abonnés

Ensuite, si vous voulez développer le côté « entreprise », vous devrez :

  • Créer un kit média
  • Demander à être ajoutée aux listes de presse des marques que vous aimez
  • Garder un oeil sur vos statistiques pour voir ce qui marche et ce qui ne marche pas
  • Créer une stratégie de marketing, même un plan d’affaires
  • Trouver des avenues de monétisation : liens affiliés, publicités, billets commandités…
  • Négocier pour vous faire payer (car, croyez moi, beaucoup trop de gens aimeraient vous voir travailler gratuitement, car « c’est facile, bloguer! »)
  • Créer du contenu pour les partenariats payants (photos, graphiques, vidéos, billets, partages médias sociaux, etc.)
  • Gérer votre site web, vos médias sociaux et votre infolettre
  • Faire des « pitchs » aux marques avec lesquelles vous aimeriez collaborer
  • Toujours faire des suivis (et encore plus de suivis)
  • Répondre aux courriels que vous recevrez, de marques et de lecteurs

Mais tsé, c’est facile, bloguer. Une p’tite job simple simple qui rapporte plein de cash, sans aucun effort! ;-)

L’importance de l’engagement

Côté promotion, puisque près de 40% de mon trafic provient de Facebook, je mets beaucoup d’efforts afin de développer ce réseau social, en y publiant deux fois par jour du contenu d’intérêt, qu’il soit écrit par moi ou par d’autres. Mon truc pour y arriver : tout programmer à l’avance!

Le vendredi après-midi (tsé, quand t’as pas tant envie de travailler de toute façon…), je prévois toutes mes publications pour la semaine à venir. J’essaie tout de même d’être en ligne au moment de la publication pour répondre aux commentaires.

Les réseaux sociaux (et les infolettres!) sont super pour les nouveaux blogueurs, car tout le monde part sur le même pied d’égalité, mais vous devez donner aux gens une raison de vous suivre!

Si je peux vous donner un conseil, c’est d’éviter de suivre les techniques « croches » qui vont vous revenir en pleine face un moment donné : achat de fans, publications non autorisées sur le mur d’autres personnes pour faire votre pub, spam sur Instagram ou Twitter (commenter, automatiquement ou non, toutes les publications avec un certain mot-clic), envoyer des messages privés demandant de vous suivre, organisation de concours hors-normes, faire du follow-unfollow

Plusieurs de ces techniques ne sont pas permises selon les règlements des réseaux sociaux, et votre compte pourrait être suspendu. Juste pour cela, ça ne vaut pas la peine. Mais comme je l’explique au prochain point, si vous voulez travailler avec des marques, vous verrez que ça affecte l’engagement de votre auditoire, engagement plus que primordial, et ça, il n’y a pas de moyen de le faker (de façon crédible).

Autre truc : lorsque vous commencerez à recevoir des commentaires ou courriels de lecteurs, répondez TOUJOURS! Même si ce n’est que pour dire « merci ». Ce sont eux qui lisent et partagent vos articles, ne l’oubliez pas!

lancer un blogue

Travailler en collaboration avec des marques

J’ai choisi de parler de ceci ici dans le but d’être transparente et parce que je sais que plusieurs d’entre-vous se posent des questions à ce sujet, mais je dois clarifier : vous ne travaillerez pas en collaboration avec des marques dès la création de votre blogue!

Pour travailler avec des marques et ainsi monétiser son blogue, il faut avoir un auditoire engagé. Et c’est là que je vais briser tous vos rêves : bien que je blogue officiellement depuis 2011, que plus de 25 000 personnes lisent ce site tous les mois et que ma communauté Facebook ait plus de 20 000 personnes : je n’en vis pas!

La monétisation n’arrive pas seule, et arrive avec de nombreuses contraintes. Oui, vous pouvez lancer un blogue dans le but d’en vivre, mais, comme pour toute entreprise, il faut avoir un plan. Et si vous lancez un blogue « pour recevoir des produits gratuits », vous allez vous rendre compte très rapidement que le ratio trucs reçus/travail à effectuer n’est VRAIMENT pas avantageux.

Les méthodes de monétisation les plus fréquentes pour les blogueurs sont la publicité, les liens affiliés (sur ce site : tous les liens vers Etsy, booking.com, Likuid Hébergement Web, MailchimpAirbnb, Travel Blog SuccessAmazon, Ebox (code PBB3) et M ta Région (code BÉA7)) et le contenu commandité (qui est, bien sûr, toujours indiqué clairement).

J’ai aussi fait de la publicité sur mes réseaux sociaux (encore une fois, celle-ci est toujours identifiée telle quelle).

Puisque je voulais être moins dépendante des marques, j’ai aussi ouvert une boutique en ligne offrant une micro-collection de produits dérivés du blogue ainsi qu’une formule d’abonnement.

>> Découvrez toutes les méthodes de monétisation du blogue (et comment vous pouvez y contribuer!) ICI <<

N’oubliez pas que lorsque vous avez un client (car les marques qui vous paient sont des clients), vous avez des comptes à rendre. Si 1000 personnes ont lu votre blogue depuis sa création il y a 6 mois, n’allez pas approcher Toyota pour une voiture gratuite!

Le pire n’est même pas qu’ils refusent : c’est qu’ils acceptent, et qu’ils vous demandent par la suite de démontrer le succès de la campagne. Vous aurez de la difficulté à le prouver et vous pourriez ruiner vos chances de travailler avec des marques dans le futur (car oui, tout comme les blogueurs qui se parlent entre eux, les marquent jasent. Beaucoup.)

lancer un blogue

Aussi non recommandé : mentir au sujet des statistiques de son blogue

Aussi, oui, c’est excitant lorsque notre entreprise préférée nous envoie un courriel pour dire qu’elle adore notre blogue. Mais ce n’est pas une excuse pour travailler gratuitement! Vous allez vous nuire (et nuire au reste de l’industrie) en acceptant de travailler POUR une marque gratuitement ou contre un sac de goodies. Si vous ne savez pas quand demander de l’argent, vous pouvez lire ce billet que j’ai écrit sur mon site web professionnel.

Inversement, oui, c’est difficile de dire non lorsqu’on reçoit une proposition payée généreusement qui ne cadre pas dans nos objectifs, mais il est nécessaire de le faire, car vous risquez de perdre vos lecteurs si votre contenu n’est pas authentique – et sans lecteurs, vous n’irez pas bien bien loin.

Alors, comment est-ce que je vis si ce blogue n’est pas ma source principale de revenus? Pour voir mon CV complet, vous pouvez visiter le beatricebp.com et m’engager pour un projet ;-) Je blague, mais beaucoup de mes contrats sont en fait directement liés à mon blogue : des entreprises qui ont trouvé mon style d’écriture intéressant et qui m’ont offert d’écrire pour eux. Je travaille aussi comme assistante pour une compagnie de relations de presse et je m’occupe des accréditations médias pour les festivals Osheaga, Heavy Montréal et îleSoniq. Bref, je touche un peu à tout, et j’aime ça comme ça!

J’offre aussi un kit d’outils pour blogueuses, qui inclut des trucs pour développer son calendrier éditorial. Découvrez mon billet sur cette nouveauté et apprenez-en plus sur la boutique!

 

Vous avez aimé ce billet? Épinglez-le sur Pinterest!

lancer un blogue

Avez-vous d’autres questions sur le métier de blogueur? Partagez-les dans les commentaires!


Ce billet contient des liens affiliés, ce qui signifie que je pourrais faire une commission si tu fais l’achat d’un produit que je recommande. Faire un achat via ceux-ci permet d’encourager le blogue et ne change en aucun cas le prix pour toi. Pour plus d’informations, consulte la politique de vie privée.


Abonne-toi à l'infolettre!

 

Pour plus de trucs pour vivre mieux pour moins