Je vais bientôt avoir 30 ans (omg). Disons que je ne vis pas toujours super bien avec l’idée de vieillir.

Pourtant, je continue à fréquenter les auberges de jeunesse, et je compte continuer de les fréquenter longtemps.

Mais, c’est seulement pour les jeunes backpackers qui font le party, non?

Justement, non.

Voici pourquoi je n’aime pas le terme « auberge de jeunesse » – mais que j’adore ces établissements.

auberge de jeunesse

Auberge Generator à Copenhague, au Danemark

Hostel vs auberge de jeunesse

En anglais, on utilise le terme « hostel » pour désigner une auberge de jeunesse. Ce mot n’a aucun lien avec l’âge. Si je fais du ~journalisme d’enquête~ (aka je copie/colle la définition sur Wikipédia), pas de mention d’âge non plus : hostel is a budget-oriented, overnight lodging place where travelers rent accommodation by the bed as opposed to the whole room.

Dans le passé, il semble que certains établissements avaient effectivement une limite d’âge, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. Le nom est resté, nom qui porte pourtant à confusion. Aujourd’hui, il n’est pas rare de voir de couples ou même des familles profiter des auberges de jeunesse.

Et on peut louer une chambre complète, pas seulement un lit.

Qu’est-ce qui fait une bonne auberge de jeunesse? Je donne mes critères et suggestions ici.

Expériences positives… et négatives

Mon premier voyage solo remonte à 2010, en Australie. À ce moment, j’avais peur (!) des auberges de jeunesse. J’ai donc choisi des hôtels pour une partie de mon périple, le temps de m’habituer à l’idée d’être seule. Dès que j’ai mis les pieds dans ma première auberge de jeunesse (à Byron Bay), je me suis rendu compte du ridicule de mon insécurité : tout le monde (ou presque) est dans le même bateau.


Peu importe votre budget, voyager, c'est possible! Visitez la page « Destinations » pour une bonne dose d'inspiration et pour découvrir des astuces pour économiser avant et pendant votre escapade.


Nous sommes tous des voyageurs voulant profiter plus longtemps de nos vacances, sacrifiant un peu de confort en faveur de périples plus longs ou plus fréquents.

Au fil des années, oui, j’ai eu quelques accrochages dans les auberges de jeunesse, mais ils sont rares. Le premier a eu lieu à Sydney. J’ai choisi un immense établissement (je crois qu’il faisait 9 étages!), et j’ai laissé de la nourriture dans un sac transparent, dans la cuisine.

Le lendemain matin, mon sac avait disparu.

Il y avait une valeur de quoi, 10$ dans ce sac? Mais un vol, ça fait toujours mal. L’auberge a cependant offert d’inclure le déjeuner pour le reste de mon séjour (une valeur de presque 50$) pour s’excuser.

Le deuxième incident a eu lieu à Melbourne, dans une chambre que j’aurais dû refuser dès mon arrivée : il n’y avait pas de fenêtre (!!!). J’étais en chambre partagée, et la fille qui dormait sur le top bunk de mon lit est rentrée à 4h du matin, ouvrant toutes les lumières et faisant un vacarme infernal. Quand mon alarme a sonné à 7h, et que je me suis préparée sans lumière, en faisant le moins de bruit possible, elle m’a engueulée, disant qu’il était trop tôt pour faire cela (!).

Quand j’ai discuté avec les autres filles de la chambre, elles m’ont toutes dit que mon réveil ne les avait pas dérangées… Mais que le vacarme à 4h, oui.

Bref, sur 6 ans de voyage en auberge, deux accrochages importants seulement. Pas si pire.

auberge de jeunesse

Auberge de jeunesse Hostelling International de New York

Pourquoi je recommande les auberges de jeunesse

Depuis un an ou deux, bien que je voyage encore en auberge de jeunesse, j’essaie de prioriser les chambres individuelles lorsque c’est possible. J’imagine que c’est ça, devenir adulte ;-)

Alors, quelle est la différence avec un hôtel?

J’ai aussi comparé une chambre individuelle en auberge de jeunesse à une chambre dans un Airbnb ici.

  • Le prix est souvent beaucoup plus avantageux, même en chambre individuelle.
  • C’est souvent des établissement indépendants, gérés par des passionnés du voyage.
  • L’accès fréquent à de nombreuses installations pratiques, comme une cuisine commune, un salon avec une télévision et des films qu’il est possible de louer gratuitement, une bibliothèque, une salle de jeux…
  • Le sentiment de communauté qui y règne : c’est un des meilleurs endroits pour rencontrer des gens, lorsque l’on voyage seule!
  • L’accès à plusieurs activités gratuites, comme des marches pour découvrir la ville.
  • La variété d’établissements : oui, il y a ceux pour les voyageurs qui veulent faire le party, mais il y a des auberges de jeunesse qui ressemblent plus à des B&B!
  • Le confort : étonnamment, bien des chambres individuelles ont des lits aussi confortables que dans les hôtels, et certains ont même des salles de bain rénovées à faire rêver!
hostelling international

Sydney Harbour YHA

  • Il y a pas mal toujours du WiFi gratuit, au moins dans une section de l’établissement.
  • Pour les familles, il y a des chambres prévues à cet effet avec un lit à deux places et un lit superposé : on ne trouve pas ça dans les hôtels!
îles de la madeleine petit budget

Auberge du Parc de Gros Cap aux îles de la Madeleine

Bref, beaucoup plus de positif que de négatif!

Psst! Vous avez peut-être remarqué que plusieurs des photos de ce billet ont été prises dans des auberges Hostelling International. Je suis membre à vie de ce réseau, et je les choisis souvent en voyage. Règle générale, je trouve que les établissements de ce réseaux offrent un minimum de qualité et de confort en plus d’avoir une belle vie sociale.

À découvrir si vous n’avez jamais fréquenté les auberges de jeunesse.

Vous avez aimé ce billet? Épinglez-le sur Pinterest!

auberge de jeunesse

Voyagez-vous dans les auberges de jeunesse?

J’ai été reçue dans certains établissements mentionnés dans ce billet lors de voyages de presse.