Chaque année, j’aime faire le tour de mes photos autant pour les admirer et me commémorer des souvenirs que pour faire le ménage de celles-ci.

Et chaque année, je me promets de faire l’exercice tous les mois plutôt qu’une fois en décembre, parce que je me rends compte que j’en prends en ‘ta, des photos 😂

Chaque année, aussi, je constate que j’ai donc bien pris du retard sur mon projet de dé-digitaliser ma vie en imprimant mes préférées. En fait, je n’ai même pas fini de sélectionner et d’éditer mes photos du Nicaragua en janvier…

Oups. 

Mais je pense que j’en ai trouvé des corrects bonnes à partager ici, ainsi que la petite histoire qui les accompagne!

Je dois mentionner que certaines de mes réelles photos préférées ne se trouvent pas dans ce billet, parce qu’il y a d’autres humains sur la photo (incluant des enfants) et qu’une photo remplie d’emojis pour cacher des visages fitterait un peu moins dans une compilation de belles photos 😂

Redécouvre mes photos préférées de 2021, 2020, 2019, 2018, 2017 et 2016.

Voici celles de cette année.

El Transito

Lever de soleil à El Transito

Quoi dire de plus?

Des marches matinales tous les jours. Commencer la journée en beauté à 6h, sans cadran. Un moment méditatif en solo. Cette vue.

Je m’ennuie.

👉🏻 À lire :

El Transito x2

Coucher de soleil à El Transito

J’étais là et je ne reviens pas de cette photo.

El Transito x3❤️

Ah et il y a celle-là aussi… 

Bon, cette rando était tellement chaude et humide qu’elle a tué ma caméra… mais avec une vue pareille, je pense que ça a valu la peine.

La piscine de rêve

Moi dans la piscine du Free Spirit Hostel à El Transito

Bon, encore El Transito, mais un peu différent cette fois. La piscine du nouveau Free Spirit Hostel. Wow. 

Pour vrai, à quel point cette vue est incroyable!

À quel point je n’en reviens pas encore que j’ai passé deux mois à prendre mes pauses de job dans cette piscine…

👉🏻 À lire :

La poutine

Poutine maison au Nicaragua

Une dernière d’El Transito, mais juste parce qu’elle me fait sourire.

Je ne me rappelle plus comment cette discussion a commencé. Est-ce qu’on jasait de poutine, ou on a parlé de poutine après avoir appris que le garde de sécurité de l’auberge avait des vaches laitières?

Toujours est-il qu’on a appris qu’il faisait du fromage en crottes frais qui ressemblaient beaucoup à notre fromage à poutine. Alors, un midi, on a fait de la poutine.

Mais le mot s’est passé, et puisque le Free Spirit est une auberge où il y a beaucoup de québécois… la demande est venue : est-ce qu’on organise un lunch poutine officiel? Alors, avec Nico, on s’est mis au travail. On a coupé des patates pendant des heures. On a patenté une sauce à poutine avec des sauces en sachet variées trouvées à la tienda et beaucoup d’oignons. On a frit bien des frites dans une friteuse qui trouvait qu’on abusait. On a ajouté de beaux gros morceaux de fromage.

Ça nous a pris 5h pour faire une vingtaine de poutines.

Sur le coup, on l’a regretté en titi. 

Mais impossible de ne pas sourire en y repensant, presque un an plus tard.

Ma première fois en surf

Moi en surf

J’avais oublié celle-ci. Une autre d’El Transito.

Probablement la photo la plus drôle de moi, à vie.

Ça fait deux fois que je séjourne au Free Spirit. L’auberge et le village où elle est située sont reconnus pour une chose : le surf.

Et le truc, c’est que moi, je ne surfe pas. Jamais fait, zéro envie de le faire. 

Quand j’étais bénévole, j’avais accès aux surfs gratuitement et je n’y suis pas allée une seule fois. C’est pour dire.

Alors, quand mon deuxième séjour tirait à sa fin et que je n’avais toujours pas mis les pieds sur un surf, on a eu une idée : et si on faisait simplement croire au monde que j’avais passé par-dessus ma peur?

Alors, on est partis à cinq. Claudie, la photographe, Ben, le prof de surf, Margot, qui allait me dire quand la vague arrivait et Hadyn, qui allait s’assurer que je ne brise pas le surf pour une photo joke.

Ben me disait comment me placer pour que ce soit réaliste, Margot et Hadyn m’encourageaient et Claudie cliquait sans cesse sur le déclencheur dans l’espoir d’avoir une photo où on pourrait semi-croire que je surfais.

Et on a eu celle-ci.

On a passé un 24h hilarant à la montrer à tout le monde. On a même convaincu Karl, un des coproprios!

Liberia

Vue atterissage à Liberia

J’ai tout détesté de Liberia. Absolument tout.

Je ne m’y suis pas sentie en sécurité, il n’y a rien à faire, tout coûtait trop cher, c’était laid et sale.

Je n’y suis restée que 24h, c’était seulement la ville où mon avion atterrissait, je n’avais aucune intention d’y faire du tourisme de toute façon.

Mais la raison pour laquelle j’en parle ici, c’est bien sûr cette photo. Quelle vue. Quel bonheur d’admirer ce paysage après 2 ans sans quitter le Canada. J’avais les larmes aux yeux tellement j’étais heureuse de retrouver la mer, le Sud.

👉🏻 À lire :

Journée parfaite au parc Jean-Drapeau

Parc Jean-Drapeau l'automne

Ça fait longtemps que je dis à qui veut bien l’entendre que je veux aller au parc Jean-Drapeau à pied. Et je ne le fais pas.

Alors, quand je l’ai rencontré et qu’il a dit « on le fait »… je ne pensais pas qu’on le ferait pour vrai. Mais non. On s’est donné rendez-vous sur le bord de l’eau, et on a marché. La température automnale était parfaite. On a pique-niqué à côté de la plage, puis on est rentrés en métro quand le vent est devenu un peu trop frais.

On a acheté du vin et on s’est fait un bon souper.

Une journée parfaite.

👉🏻 À lire :

Les sushis

Sushis maison

Je ne peux pas croire que j’ai rencontré quelqu’un qui me fait ça pour ma fête et qui dit « y’a rien là, j’ai rien fait ».

Passion conserves

Mon garde-manger rempli de conserves

J’ai publié cette photo sur Instagram avec la caption « I don’t even care if this ~ruins my feed’s aesthetic~ Things that make me happy ✨ »

C’est pas mal ça.

👉🏻 À lire :

En bateau en direction Osheaga

Moi dans le bateau vers le parc Jean-Drapeau

Ça fait des ANNÉES que je rêvais d’aller au parc Jean-Drapeau en bateau, mais ça n’avait jamais adonné. Alors, j’ai profité de mon premier Osheaga comme festivalière pour y aller de cette façon!

Le trajet dure genre… une minute. Mais j’étais si contente de l’avoir enfin fait!

👉🏻 À lire :

Le froid glacial

Froid glacial fleuve St-Laurent

J’ai pris cette photo en janvier, juste à côté de chez moi. J’ai écrit ceci sur Instagram et je trouve que ça résume bien la situation :

« Je ne sais pas trop ce qui m’a pris ce matin. J’ai vu le fleuve en allant chercher ma chocolatine du samedi matin. Je savais qu’il faisait froid : mes fenêtres étaient gelées quand je me suis réveillée. Peut-être que j’avais juste besoin de voir l’eau pour célébrer la fête de Renaud-coco. Peut-être que de savoir que mon hiver se termine dans deux semaines rend le froid plus tolérable. Ou c’est peut-être que pour une rare fois, il n’y avait aucun vent sur le bord de l’eau. Alors je suis allée le voir de près. C’était magnifique – mon problème avec l’hiver n’a jamais été en lien avec la beauté de cette saison – juste le fait que je vais avoir besoin de huit douches chaudes et treize cafés pour m’en remettre, dis-je en portant toujours mon manteau en dedans en espérant me réchauffer 🙃 »

Mon selfie préféré

Selfie

Je me trouve belle sur cette photo. C’est tout.

L’île Raymond

Cet été, je suis allée à l’île Raymond avec mon amie Mel. Une journée vraiment cocasse qui a fait du bien et qui a donné cette photo qui semble avoir été prise dans le Sud.

La lumière parfaite

Lumière dans mon appartement

Si tout va bien, je devrais déménager en 2023. Mais je vais tellement m’ennuyer de l’appartement parfait et de cette lumière…

👉🏻 À lire :

Découvre mes autres billets de fin d’année 2022 :

Tu as aimé ce billet? Épingle-le sur Pinterest!

Image pour Pinterest : photos préférées 2022

Est-ce qu’une photo en particulier représente bien ton année? Dis-le-moi dans les commentaires!